• Fêtes, arts et création,  Premier Empire,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeux d’hiver à la Cour : dangers des lacs gelés !

         Moyens de locomotion connus depuis bien longtemps des peuples d’Europe centrale et du Nord, patins à glace et traîneaux font fureur à la Cour de France au XVIIIème siècle. En une saison peu propice aux promenades et flâneries en tout genre, où même les lourds carrosses royaux sont impraticables sur les routes enneigées, ces nouvelles sources d’amusement ravissent les princes et leurs courtisans !    La Cour découvre les joies du patinage et des courses de traîneaux sous Louis XIII. Mais c’est véritablement à la fin du règne de son fils Louis XIV que ces jeux d’hiver folkloriques connaissent une vogue sans précédent.   Nouveau château, nouvelles lubies  …

  • Premier Empire,  Reines et Impératrices,  Restauration

    Marie-Louise – Charles-Éloi Vial

         Archiduchesse d’Autriche, Impératrice des Français puis enfin duchesse de Parme, Marie-Louise reste l’un des protagonistes de l’épopée napoléonienne qui suscite le plus de controverses.    Les inconditionnels de Napoléon l’accusent d’avoir abandonné le grand homme à son triste exil sur l’île d’Elbe. Plus grave encore, ils lui reprochent d’avoir laissé mourir son fils à Schönbrunn sans le moindre scrupule.    Si l’histoire de sa vie restera à jamais liée à celle de Napoléon, n’oublions pas que derrière « l’épouse de l’Empereur » se cache une femme. Une femme sensible et fière, consciente de ses devoirs et bien moins sotte que la légende a voulu nous le faire croire.    Une…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Les allées du pouvoir,  Premier Empire,  Restauration

    Araktcheïev, le Vampire du tsar Alexandre Ier

       Alexis Araktcheïev, issu d’une famille pauvre de petite noblesse russe, naît en 1769 à Novgorod, à 500 km au nord-ouest de Moscou. L’enfant se distingue très tôt par des résultats scolaires excellents et une extraordinaire capacité de travail. Attiré par une carrière militaire, il entre dans les bonnes grâces du tsarévitch Paul, fils unique de la Grande Catherine. Araktcheïev gravit rapidement les échelons : aide-de-camp, lieutenant-général, major d’artillerie… En 1794, il devient gouverneur de la ville de Gatchina, située à proximité de Saint-Pétersbourg.   Seul soutien du tsar fou Paul Ier    L’accession au trône de Paul Ier en 1796 est décisive pour la carrière d’Alexis Araktcheïev. Ce rustre aux…

  • Les allées du pouvoir,  Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Restauration,  XVII et XVIIIème siècles

    Charlotte, fille aînée du Roi fou George III

      Princess Royal    Le 29 septembre 1766, la Reine d’Angleterre Charlotte de Mecklenburg-Strelitz accouche d’une petite princesse. Elle a déjà donné à son époux, le Roi George III, trois beaux garçons : George, prince de Galles, Frederick et William. C’est donc la première fille du couple. On la baptise Charlotte, comme sa mère, mais elle sera connue sous le nom de « Princess Royal » ou « Royal ».    Dès ses plus jeunes années, Royal développe un complexe d’infériorité par rapport à ses sœurs, surtout à l’égard d’Augusta, née en novembre 1768, et d’Elizabeth, née en mai 1770. Au sein du trio des filles aînées, la comparaison systématique lui est défavorable…

  • Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Amélia, dernière fille du Roi fou George III

    « Emily »    La princesse Amélia d’Angleterre naît le 7 août 1783, au château de Windsor. Elle est la quinzième (oui, oui !) et dernière enfant du Roi George III d’Angleterre et de son épouse, la très prolifique Reine Charlotte de Mecklenburg-Strelitz. Cette naissance survient quelques semaines seulement après la mort d’un fils, le prince Octavius. Le couple fait immédiatement un transfert d’affection sur Amélia, surtout George III : la compagnie de la petite semble atténuer sa peine.    En tant que « bébé de la famille », la princesse occupe une position à part dans la fratrie : c’est une enfant choyée. Sixième fille du couple, elle a dix-sept ans d’écart avec sa sœur la…

  • Croyances et moeurs,  Fin XIXème et XXème siècle,  Premier Empire,  Princes au quotidien,  Restauration,  Second Empire,  XVII et XVIIIème siècles

    Bains de mer des têtes couronnées : thérapie réglementée

       Si les vertus thérapeutiques de l’eau de mer sont louées par les civilisations antiques, (égyptiennes, grecques et romaines), ses bienfaits tombent ensuite dans l’oubli pendant plusieurs siècles…   « Ceux qui sont mordus par les chiens enragés se vont baigner à la mer »    Au Moyen-Âge, le moins que l’on puisse dire, c’est que les océans n’ont pas la cote. Synonymes de tempêtes meurtrières, de naufrages terribles, d’assauts de pirates, d’invasions ou d’épidémies, de monstres et de sirènes ensorcelantes, ils terrifient. L’homme s’en tient à l’écart, car la mer « demeure le lieu de mystères insondables ». Les maisons sont construites à l’intérieur des terres, loin des rivages.    Mais progressivement, la…

  • Croyances et moeurs,  Premier Empire,  Princes au quotidien,  Restauration,  Second Empire,  XVII et XVIIIème siècles

    Les animaux exotiques des Rois : de Louis XIV à Napoléon III

        Dans un premier article, je vous parlais des animaux exotiques des Rois, de Charlemagne à Louis XIII : de la folie des lions et des léopards aux singes d’Henri IV, en passant par l’ours de François Ier ou encore l’engouement pour les oiseaux chanteurs. Dans ce second article, passons aux choses sérieuses : les tribulations des premiers jardins zoologiques.   Louis XIV et la Ménagerie de Versailles : premier Jardin zoologique    Mazarin, trop occupé à réprimer les soulèvements de la Fronde, n’a pas le temps de s’adonner à sa passion pour les animaux. Il fait construire une Ménagerie à Vincennes : c’est Louis XIV qui se charge de la peupler de bêtes…

  • Fêtes, arts et création,  L'histoire en portraits,  Premier Empire,  Princes au quotidien

    Statue scandaleuse : Pauline Bonaparte pose nue pour Canova

          La nymphe de Rome    Pauline Bonaparte, sœur préférée de Napoléon, épouse en seconde noce le prince Camille Borghèse en 1803. A vingt-trois ans, elle quitte donc Paris pour Rome, où la famille possède plusieurs somptueuses propriétés : la Villa Borghèse, qui abrite une impressionnante collection d’œuvres d’art, et le palais Borghèse, dans lequel elle réside avec son époux.    Cet Apollon charmant mais peu instruit et peu cultivé, lui apporte, sinon la passion amoureuse qu’elle ira assouvir en entretenant une collection prodigieuse d’amants, le titre de princesse. Pauline devient membre à part entière de l’une des familles les plus anciennes et les plus respectées de la cité…

  • danseuses au XIXème
    Croyances et moeurs,  Fêtes, arts et création,  Mensonges, complots et mascarades,  Premier Empire,  Restauration,  Second Empire

    Danseuses de l’Opéra au XIXème siècle : l’envers du décor

         L’exposition à l’affiche au Musée d’Orsay « Splendeurs et misères, images de la prostitution », m’a fait découvrir une forme de prostitution dont on parle peu : celle des danseuses de l’Opéra. Au XIXème siècle, cette vie d’asservissement aux hommes menée par les ballerines est une réalité.    Voici l’histoire peu recommandable (et peu enviable) de ces petits rats : loin de leurs glorieux instants sur scène, leur vie derrière le rideau… L’Opéra, lieu de paraître     Au début du XIXème siècle, dans l’imaginaire social, la danse demeure l’activité érotique féminine par excellence : le corps est montré, les courbes mises en valeur. Difficile alors de dire si ces messieurs sont là pour…

  • L'histoire en portraits,  Premier Empire

    Caroline Murat par Elisabeth Vigée Le Brun

           Premier Empire, année 1807. La plus jeune sœur de Napoléon, Caroline Bonaparte, porte le titre de grande-duchesse de Berg depuis l’année précédente, et son union avec Joachim Murat célébrée en 1800 lui a déjà donné quatre enfants, deux filles et deux garçons.      Sœur d’Empereur, mère et épouse comblée, Caroline souhaite que François Gérard (1770 – 1837), le peintre alors à la mode, réalise son portait en pied : Napoléon lui a passé commande pour orner la galerie de Diane aux Tuileries.      Manque de chance, l’artiste croule déjà sous les commandes : la Cour se l’arrache ! Caroline se tourne alors, par défaut, vers Mme…

  • Dames de coeur,  Mensonges, complots et mascarades,  Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Désirée Clary, premier amour de Napoléon Bonaparte

             Bien des années avant de coiffer la couronne de Suède et de Norvège, Désirée Clary fut près de devenir la femme de Napoléon Bonaparte et de se faire couronner Impératrice des Français à la place de Joséphine de Beauharnais. Qui est-elle ? Comment se lia-t-elle avec les Bonaparte jusqu’à se fiancer avec Napoléon et pourquoi, finalement, ne l’épousa-t-elle pas ?   Amitiés    Eugénie-Désirée Clary, née à Marseille le 8 novembre 1777, est la dernière enfant d’une grande fratrie. Son père, François Clary, est issu d’une famille de négociants renommés dans toute la Provence et le Levant. Les Clary sont très réputés pour leurs tissus, principalement des soieries. Ce…

  • impératrice marie-louise et son fils
    Premier Empire,  Reines et Impératrices

    L’Impératrice Marie-Louise, Geneviève Chastenet

         L’Impératrice Marie-Louise ? Elle fut la seconde à porter ce titre en France, de 1810 à 1814, en tant que deuxième épouse de Napoléon Bonaparte.      Si tout le monde connaît la célèbre Joséphine, la première femme de l’Empereur, Marie-Louise en revanche semble avoir été balayée en coup de vent par l’Histoire, comme effacée des mémoires. Les biographies à son sujet sont plutôt rares. Pourquoi ? Et d’où vient cette mauvaise réputation qu’elle traine encore comme un boulet, près d’un siècle et demi après sa mort ?    Cette biographie réhabilite celle qui supporta courageusement d’être le jouet des puissances européennes, et dont les apologistes de Napoléon n’eurent jamais de cesse…