• mystères d'osiris
    Antiquité,  Croyances et moeurs

    Les mystères d’Osiris : secrets enfin dévoilés

         Le culte d’Osiris est célébré à partir du Moyen Empire, et ce jusqu’à la dynastie des Ptolémée, celle de la célèbre Cléopatre. Les « mystères » étaient, pour les égyptiens, des cérémonies commémorant annuellement la légende d’Osiris.    Ces cérémonies, d’abord célébrées à Abydos, puis dans tous les grands temples d’Egypte, ont pu être étudiées dans deux cités situées dans la baie d’Aboukir : Canope et Héracléion, englouties par les eaux à la suite d’une série de catastrophes naturelles au VIIIème siècle.    En 1997, Canope est redécouverte par l’Institut européen d’archéologie sous-marine, dirigé par Franck Goddio. Héracléion, d’une grande richesse archéologique, est à son tour révélée en 2000. Il est aujourd’hui…

  • Croyances et moeurs,  Moyen-Age,  Princes au quotidien

    Louis XI : quand la peur de la mort rend superstitieux !

      Une piété intéressée    Sous le règne de Louis XI (1461 – 1483), vie quotidienne et religion ne font qu’un pour la plupart des hommes, seigneurs comme paysans. Mais le souverain consacre davantage de temps aux exercices religieux que la majorité de ses sujets : sa piété ardente, qui le fait parfois passer trois jours en méditation, s’accompagne d’une tendance à la superstition. En matière de religion, son instinct l’entrainait au-delà des pratiques qu’enseignait la foi catholique.    En adoration perpétuelle devant la Vierge, qu’il vénère particulièrement, il cultive l’attention de nombreux saints (ne se cantonnant pas aux frontières de son royaume), entend des messes spéciales et se rend fréquemment en…

  • Croyances et moeurs,  Moyen-Age

    La chanson de Roland, une glorification de Charlemagne

      Bases historiques    La Chanson de Roland s’inspire d’un fait historique bien réel survenu sous Charlemagne, qui n’a pas encore été sacré Empereur. En 778, Charlemagne, récent vainqueur des Aquitains et des Lombards, lance deux armées dans le nord de l’Espagne, alors tenu par les musulmans (plus précisément, par l’émirat de Cordoue).    Ce n’est pas sur un coup de tête que Charlemagne s’engage dans cette nouvelle guerre : il est assuré du soutien de Sulyman ibn al-Arabi, le wali (représentant) de Saragosse, qui lui a proposé une alliance pour se débarrasser de l’émirat de Cordoue.    Le Roi franchit les Pyrénées avec ses troupes, descend sur Pampelune dans le Pays…