• Les allées du pouvoir,  XVII et XVIIIème siècles

    Gabrielle, sœur de la Montespan et marquise de Thianges

         Si Athénaïs de Montespan gagne les faveurs de Louis XIV, c’est en partie grâce à sa sœur aînée Gabrielle de Thianges, qui l’introduit dans le monde.    A la Cour, Gabrielle et Athénaïs sont comme deux jumelles, qui se chamaillent et se soutiennent, rivalisant de beauté et d’esprit. A l’image de Marie-Madeleine, troisième sœur Mortemart et abbesse de Fontevrault, Gabrielle conservera les bontés de Louis XIV après l’éviction d’Athénaïs…   La Bourgogne, terre honnie   Gabrielle naît à Lussac-lès-Château en 1631. Elle est la première fille du couple formé par Gabriel de Rochechouart, duc de Mortemart, et la belle et pieuse Diane de Grandseigne.    Élevée au convent…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeanne de Pompadour : maîtresse frigide et femme fragile

       Louis XV, l’un de nos plus beaux Rois Bourbons, est un souverain très facilement rongé par l’ennui. Le fond de sa personnalité est la tristesse, à cause de son caractère dépressif lié à une enfance malheureuse.    En devenant la maîtresse du Roi au cours de l’année 1745, Jeanne-Antoinette Poisson, dite Madame d’Étiolles et bientôt faite marquise de Pompadour, est-elle vraiment consciente des difficultés de sa position ?   Probablement. Belle, éduquée, cultivée, elle est aussi prodigieusement intelligente. Et ambitieuse. Mais pour une femme d’une telle condition physique, la tâche est quasi surhumaine.   « La vie que je mène est terrible »    Au sein d’une Cour qui la dénigre, la surnomme avec…

  • Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  Renaissance

    Les mignons d’Henri III, bras armés du Roi

       Des fameux « mignons d’Henri III » subsiste l’image de beaux éphèbes enrubannés, froufroutants et parfumés. Des grands coquets délicats qui, dans le sillage du Roi leur maître, s’adonnent à la débauche et aux plaisirs.    Pourtant, sous leurs dehors élégants, les mignons sont de véritables spadassins, parfois fins politiques, d’une fidélité indéfectible. Quant à Henri III, de tous nos Rois, il est celui dont la réputation d’homosexualité est la moins justifiée, et fait partie de ceux dont la personnalité est la plus complexe.   Raffinement VS. Homosexualité    Henri est un homme qui porte une grande attention à sa tenue. Il prise l’élégance, une certaine forme de raffinement. Et raffiné…

  • Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    L’escadron volant de Catherine de Médicis

    [hcolumns] [columnhelper col-md-6] [columnhelper col-md-6]    Catherine de Médicis règne avec son époux Henri II depuis 1547. Elle est Reine, mais la véritable Reine de la Cour, celle qui donne le ton, c’est la toute puissante Diane de Poitiers. Après la mort d’Henri II en 1559 et le retrait de la favorite en titre, Catherine gouverne l’Etat pour de bon, conseillère de ses fils. Elle donne libre cours à ses goûts en les mettant au service de sa conception du pouvoir.    Le trop fameux « escadron volant » de la Reine mère, ces belles jeunes femmes qui l’entourent et forment sa Cour, a donné lieu à des élucubrations plus fantaisistes les…

  • Les allées du pouvoir,  Second Empire

    La Reine Victoria sous le charme de Napoléon III

        L’amitié qui unit durablement la souveraine britannique Victoria Ière, et l’Empereur des français Napoléon III est une des plus surprenantes de ce XIXème siècle. En effet, rien ne disposait favorablement Victoria à l’égard de Louis-Napoléon, ce prince au passé d’agitateur, qui accède à la dignité d’Empereur en 1852 après une succession de coups d’Etat.   Le peuple anglais, imprégné de ses mœurs constitutionnelles, et surtout l’époux de Victoria, le prince Albert, ne comprend pas une telle illégalité. La Reine, dans son cœur, est encore fidèle au régime précédent, aux Orléans, à son ami Louis-Philippe, le souverain déchu en 1848, réfugié dans son pays. Méfiante envers ce nouvel Empereur à la réputation…

  • Les allées du pouvoir,  Moyen-Age

    Aliénor d’Aquitaine, une santé de fer au Moyen-Age

         Maîtresse femme protectrice des arts, inspiratrice des poètes et véritable tête politique, la vie d’Aliénor d’Aquitaine est fascinante. Lorsque l’on survole les grands évènements qui jalonnèrent sa vie, on est frappé par la grande longévité de cette femme, et de sa résistance exceptionnelle face aux épreuves de son temps.    Héritière d’un vaste et riche duché, Reine de France à quinze ans par son union avec Louis VII en 1137, Reine d’Angleterre aux côtés d’Henri II Plantagenêt en 1154, Aliénor eut une vie particulièrement mouvementée, semée d’embuches, et s’éteignit à un âge extrêmement avancé pour l’époque : plus de 80 ans. Elle donna naissance à dix enfants, dont neuf atteignirent…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  Les allées du pouvoir,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    L’Assemblée des dieux : la famille de Louis XIV, par Jean Nocret

      Contexte En 1670, à Saint-Cloud, dans l’antichambre de Monsieur, un tableau où, sous un dessein allégorique, il y a une assemblée des dieux où est représentée la famille royale au nombre de dix-huit figures, chacune grande comme nature.    Premier peintre de Philippe d’Orléans, le frère du Roi, dit Monsieur, Jean Nocret réalisa à sa demande de nombreux portraits, et de multiples décors peints destinés à orner les châteaux de Fontainebleau et de Saint-Cloud. Cette dernière demeure était la favorite de Monsieur, et c’est donc dans le fabuleux château de Philippe d’Orléans que cette huile sur toile monumentale, l’Assemblée des dieux, a été réalisée par le peintre en 1670.…