• Dames de coeur,  Fin XIXème et XXème siècle

    Lillie Langtry ou l’exploitation de la beauté

       Après l’éclatante Cécile Sorel et la mutine Anna Held, voici la belle et opportuniste Lillie Langtry. Celle qui fut aussi actrice et maîtresse du futur Roi Edouard VII d’Angleterre va réussir à tirer parti des évolutions incroyables de son époque pour se façonner une image impérissable de déesse de beauté…   Seule fille parmi six garçons       Emilie Charlotte Le Breton, surnommée « Lillie », naît en octobre 1853 dans l’île de Jersey. Elle est la petite dernière d’une fratrie de six garçons. Son père est un homme libéral, intelligent, éduqué, beau et profondément bon : il est son modèle en tout. Sa mère est une femme élégante et aimable.    Cette jeunesse…

  • Croyances et moeurs,  Moyen-Age,  Princes au quotidien,  Renaissance,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeu de paume : Roi des sports et sport des Rois

         Le tennis tel que nous le connaissons est né en 1874 avec la publication du premier règlement rédigé par le Gallois Walter Clopton Wingfield, officier britannique. Ce sport devient vite l’un des divertissements favoris des aristocrates anglais. Mais les origines du tennis remontent au Moyen-Âge et son ancêtre, le jeu de paume, est français !   Évolutions    Dans la France des XIIème et XIIIème siècles, les règles du jeu sont cependant bien différentes. Les raquettes n’ont pas encore été inventées, on y joue avec la main (d’où le terme « paume ») ou en utilisant des gants pour ne pas se blesser. « Tennis » est dérivé du terme « tenez », mot que…

  • Croyances et moeurs,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Lien du sang : le drame de Louis XIV et Marie-Thérèse

        L’accouchement est, pour toutes ces Reines et ces princesses destinées à assurer la continuité de la dynastie, un exercice périlleux mettant en danger la vie de la mère et de son enfant. Au Moyen-Âge, une femme sur quatre meurt en couches. Les progrès de l’obstétrique permettent de diminuer les risques : les spécialistes nommés « accoucheurs » entourant la royale patiente utilisent des instruments facilitant la délivrance. Mais l’accouchement reste une épreuve physiquement et psychologiquement éprouvante jusqu’au XXème siècle. Si le taux de mortalité infantile élevé est souvent la cause de la disparition prématurée de leurs enfants, les couples royaux sont souvent victimes des effets mal connus de la consanguinité…   …

  • Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Renaissance

    Maternités : espoirs déçus d’Anne de Bretagne

       Le premier devoir d’une Reine, ou d’une princesse destinée à monter un jour sur le trône, est celui de procréer. Si le couple demeure stérile, c’est à la femme que l’on impute cette dramatique situation. Elle peut alors craindre la répudiation, pratique heureusement très rare à partir du XVIème siècle.    Il ne suffit pas de donner des enfants à la couronne, encore faut-il que ces derniers soient de sexe masculin ! Les filles étant écartées de la succession, la naissance de mâles dans la famille devient une question de survie dynastique. Sitôt mariée, la princesse voit tous les yeux braqués sur son ventre, qui devient le centre de toutes…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    L’assassinat des petits-fils de Clovis

    Le partage    A sa mort en 511, le Roi mérovingien Clovis Ier, considéré comme le premier souverain chrétien des Francs, laisse un territoire immense.    Il ne s’était pas contenté longtemps du petit royaume des Francs saliens dont il avait hérité à la mort de son père Childéric Ier. Utilisant de moyens radicaux (la guerre et le meurtre…) pour unifier une grande partie des tribus franques sous son égide, Clovis employa sa vie à bâtir un véritable royaume. Ce dernier doit à présent être partagé entre ses fils, ainsi que l’impose la loi salique.    Son fils aîné Thierry, issu de sa première union avec une princesse païenne, hérite…

  • Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Nains de Cour, coqueluches des princes

          Depuis l’Antiquité, les individus atteints de nanisme excitent la curiosité de l’Homme, toujours fasciné par l’étrange. Chez les Romains, posséder un nain est une marque de richesse : Marc-Antoine, Auguste ou encore Tibère desserrent généreusement les cordons de leur bourse pour se procurer ces « objets » de luxe.    Dans toute l’Europe du Moyen-Âge, les nains sont en vogue. La mode veut qu’on choisisse les plus laids, les plus difformes. « Miroirs déformants, moitié hommes, moitié monstres », ils servent de distraction aux côtés des bouffons. On les montre dans les foires.    La période qui s’étend du XVIème au XVIIIème siècle est l’âge d’or des nains. Chez les grands du monde,…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Anne de Bourbon, éphémère fiancée de Louis XV

       Au cours de l’année 1719, les rapports entre la France et l’Espagne ne sont pas au beau fixe. Philippe V, petit-fils du Roi-Soleil, règne sur le peuple madrilène conjointement avec sa seconde épouse Élisabeth Farnèse. Philippe d’Orléans, Régent de France, gouverne pour le jeune Louis XV. Bourbon et Orléans, une même famille !    Pourtant, les deux couronnes viennent de se livrer une guerre fratricide : la France n’a pas soutenu l’Espagne dans sa volonté de reconquérir ses provinces perdues en Italie. Cette politique agressive menée par l’Espagne a été désastreuse, même si elle a permis à l’ambitieuse Élisabeth Farnèse d’assurer pour l’avenir, à l’un de ses fils, les duchés de…

  • Crimes et maladies,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Hécatombe dans la famille de Louis XIV

       En ce début d’année 1711, Louis XIV est un monarque vieillissant de plus de soixante-dix ans. Son autorité est reconnue et respectée dans toutes les Cours d’Europe. Il peut se targuer d’être le plus puissant Roi du monde.    Une domination qui passe par sa descendance, bien pourvue en mâles, vitrine de sa souveraineté. Ils garantissent une continuité dynastique sur plusieurs générations. Une confiance en l’avenir qui va, au cours des quatre années qui lui restent à vivre, être terriblement mise à mal…   Une descendance assurée    Louis XIV a eu six enfants de son union avec Marie-Thérèse d’Autriche. Un seul a survécu : Louis, Monseigneur, dit le Grand…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Les allées du pouvoir,  Premier Empire,  Restauration

    Araktcheïev, le Vampire du tsar Alexandre Ier

       Alexis Araktcheïev, issu d’une famille pauvre de petite noblesse russe, naît en 1769 à Novgorod, à 500 km au nord-ouest de Moscou. L’enfant se distingue très tôt par des résultats scolaires excellents et une extraordinaire capacité de travail. Attiré par une carrière militaire, il entre dans les bonnes grâces du tsarévitch Paul, fils unique de la Grande Catherine. Araktcheïev gravit rapidement les échelons : aide-de-camp, lieutenant-général, major d’artillerie… En 1794, il devient gouverneur de la ville de Gatchina, située à proximité de Saint-Pétersbourg.   Seul soutien du tsar fou Paul Ier    L’accession au trône de Paul Ier en 1796 est décisive pour la carrière d’Alexis Araktcheïev. Ce rustre aux…

  • Hommes et femmes illustres,  Les allées du pouvoir,  XVII et XVIIIème siècles

    Antoine Crozat, le français qui possédait l’Amérique, de Pierre Ménard

         Chers lecteurs, vous connaissez à présent mon faible pour les oubliés de l’Histoire. Sans cet ouvrage, la première biographie qui lui est consacrée, la vie d’Antoine Crozat menaçait de rester ensevelie sous des noms plus ou moins prestigieux qui lui damnent le pion dans la mémoire collective depuis près de trois siècles.    Pourtant, ce personnage haut en couleurs fut l’un des plus puissants financiers de son époque. Évoluant dans les cercles les plus fermés, il gravita autour du pouvoir suprême pendant plusieurs décennies, prêtant de l’argent à l’État sous Louis XIV et sous la régence de Philippe d’Orléans. C’est ce destin hors du commun que vous compte…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  XVII et XVIIIème siècles

    Infanticides : la détresse des femmes sous l’Ancien Régime

       Depuis la fin du XXème siècle, les infanticides sont rarissimes. Ce comportement nous parait si monstrueux que lorsqu’un cas survient, il fait la une des tabloïdes. Ils sont plus nombreux sous l’Ancien-Régime, mais restent tout aussi dramatiques. La mère est la première victime : mise au ban de la société si sa grossesse est découverte, peu d’options s’offrent à elle.    Du XVIème siècle à nos jours, des dizaines de milliers de femmes ont été traduites en justice pour ce crime : au moins 1 500 (sans doute beaucoup plus) ont été condamnées et pendues entre le XVIème et le XVIIIème.   Le décret d’Henri II    L’avortement est, au Moyen-Âge, une…

  • Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Hygiène à Versailles : bain, dentifrice et chaise percée !

       Une légende persistante veut que Louis XIV n’ait pris qu’un seul bain au cours de sa vie… De nos jours, la Cour du Roi-Soleil est particulièrement décriée pour son hygiène déplorable. Il est vrai qu’au Moyen-Âge, on se lave beaucoup plus souvent que sous l’Ancien-Régime, époque qui semble afficher une régression dans ce domaine. Mais les courtisans de Versailles sont loin d’être ces monstres de saleté, ces personnages crasseux et emperruqués qui se soulagent dans les couloirs et se parfument à l’excès dans le seul but de camoufler leurs odeurs corporelles.   L’eau et la propreté     Contrairement à une idée reçue, Versailles dispose d’arrivées d’eau courante dès le…