• Fêtes, arts et création,  XVII et XVIIIème siècles

    La mode des poufs à la Cour de Marie-Antoinette

    Les poufs aux sentiments      Jeune, insouciante, désirant avant tout profiter de la vie, Marie-Antoinette, dès son arrivée à la Cour, se jette à corps perdu dans une folie de divertissements. La mode, qu’elle sait capable de sublimer sa beauté, accapare une grande partie de ses journées. La toilette était l’occupation principale de cette charmante évaporée.    Reine de France, oui, mais surtout Reine de la mode, empire sur lequel elle a tout pouvoir. Elle donne libre cours à ses fantaisies. Elle voulait jouir de cet empire fictif que la beauté donne aux femmes et qui en fait les reines d’un moment.    Rose Bertin, « démon tentateur » de la Reine, devient…

  • Croyances et moeurs,  Moyen-Age

    La chanson de Roland, une glorification de Charlemagne

        Bases historiques    La Chanson de Roland s’inspire d’un fait historique bien réel survenu sous Charlemagne, qui n’a pas encore été sacré Empereur. En 778, Charlemagne, récent vainqueur des Aquitains et des Lombards, lance deux armées dans le nord de l’Espagne, alors tenu par les musulmans (plus précisément, par l’émirat de Cordoue).    Ce n’est pas sur un coup de tête que Charlemagne s’engage dans cette nouvelle guerre : il est assuré du soutien de Sulyman ibn al-Arabi, le wali (représentant) de Saragosse, qui lui a proposé une alliance pour se débarrasser de l’émirat de Cordoue.    Le Roi franchit les Pyrénées avec ses troupes, descend sur Pampelune dans le…

  • Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    L’escadron volant de Catherine de Médicis

         Catherine de Médicis règne avec son époux Henri II depuis 1547. Elle est Reine, mais la véritable Reine de la Cour, celle qui donne le ton, c’est la toute puissante Diane de Poitiers. Après la mort d’Henri II en 1559 et le retrait de la favorite en titre, Catherine gouverne l’Etat pour de bon, conseillère de ses fils. Elle donne libre cours à ses goûts en les mettant au service de sa conception du pouvoir.    Le trop fameux « escadron volant » de la Reine mère, ces belles jeunes femmes qui l’entourent et forment sa Cour, a donné lieu à des élucubrations plus fantaisistes les unes que les autres……

  • Mensonges, complots et mascarades,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Louis XIV marie sa fille… Madame Lucifer !

      La gloire des bâtards        Louis XIV eut toute sa vie pour ses enfants légitimés, ceux de Madame de Montespan et de Louise de La Vallière, beaucoup d’affection et une infinie complaisance.    Il souhaitait les élever au rang des princes du sang, leur assurer une haute position dans l’Etat. Cette élévation passait nécessairement par des alliances prestigieuses. Les manœuvres qu’il employa pour marier son neveu, le duc de Chartres, futur Régent, à sa fille Françoise-Marie de Bourbon, furent peu dignes du grand Roi !    Deux de ses filles étaient déjà mariées à des princes de la famille royale. Marie-Anne de Bourbon, belle et fière fille de…

  • Dames de coeur,  Mensonges, complots et mascarades,  Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Désirée Clary, premier amour de Napoléon Bonaparte

             Bien des années avant de coiffer la couronne de Suède et de Norvège, Désirée Clary fut près de devenir la femme de Napoléon Bonaparte et de se faire couronner Impératrice des Français à la place de Joséphine de Beauharnais. Qui est-elle ? Comment se lia-t-elle avec les Bonaparte jusqu’à se fiancer avec Napoléon et pourquoi, finalement, ne l’épousa-t-elle pas ?   Amitiés    Eugénie-Désirée Clary, née à Marseille le 8 novembre 1777, est la dernière enfant d’une grande fratrie. Son père, François Clary, est issu d’une famille de négociants renommés dans toute la Provence et le Levant. Les Clary sont très réputés pour leurs tissus, principalement des soieries. Ce…

  • Les allées du pouvoir,  Second Empire

    La Reine Victoria sous le charme de Napoléon III

        L’amitié qui unit durablement la souveraine britannique Victoria Ière, et l’Empereur des français Napoléon III est une des plus surprenantes de ce XIXème siècle. En effet, rien ne disposait favorablement Victoria à l’égard de Louis-Napoléon, ce prince au passé d’agitateur, qui accède à la dignité d’Empereur en 1852 après une succession de coups d’Etat.   Le peuple anglais, imprégné de ses mœurs constitutionnelles, et surtout l’époux de Victoria, le prince Albert, ne comprend pas une telle illégalité. La Reine, dans son cœur, est encore fidèle au régime précédent, aux Orléans, à son ami Louis-Philippe, le souverain déchu en 1848, réfugié dans son pays. Méfiante envers ce nouvel Empereur à la réputation…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Liaisons dangereuses à la Tour de Nesle

             Nous sommes en 1314, et jamais le Roi de France n’a été si puissant. A quarante-cinq ans, le petit fils de Saint Louis, Philippe le Bel, est véritablement « empereur en son royaume », seul maître d’une monarchie qu’il centralise et dont il réaffirme la prééminence sur les vassaux.    Morte en 1302, sa tendre épouse Jeanne de Navarre a assuré la dynastie en lui donnant trois fils : Louis de Navarre, Philippe de Poitiers, et Charles de la Marche. Afin de renforcer encore la puissance Capétienne, Philippe le Bel met en œuvre une habile politique matrimoniale pour ses fils. Il ne va pas chercher des étrangères, comme il…

  • Les allées du pouvoir,  Moyen-Age

    Aliénor d’Aquitaine, une santé de fer au Moyen-Age

         Maîtresse femme protectrice des arts, inspiratrice des poètes et véritable tête politique, la vie d’Aliénor d’Aquitaine est fascinante. Lorsque l’on survole les grands évènements qui jalonnèrent sa vie, on est frappé par la grande longévité de cette femme, et de sa résistance exceptionnelle face aux épreuves de son temps.    Héritière d’un vaste et riche duché, Reine de France à quinze ans par son union avec Louis VII en 1137, Reine d’Angleterre aux côtés d’Henri II Plantagenêt en 1154, Aliénor eut une vie particulièrement mouvementée, semée d’embuches, et s’éteignit à un âge extrêmement avancé pour l’époque : plus de 80 ans. Elle donna naissance à dix enfants, dont neuf atteignirent…

  • Echec à la Reine,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Renaissance

    Anne de Bretagne veut Charles Quint pour sa fille

                Anne de Bretagne c’est l’histoire d’une duchesse de caractère, pleine de charme et d’intelligence, deux fois Reines de France et qui, toute sa vie, cherchera à préserver l’indépendance de son cher duché, la Bretagne.    C’est aussi l’histoire d’une mère malheureuse : après une dizaine de grossesses, il ne lui reste aucun enfant de son premier mari Charles VIII, mort prématurément en heurtant le linteau d’une porte, et seulement deux filles de Louis XII : Claude, l’aînée, née en 1499, et Renée, née en 1510.    Claude, future Reine de France, va se trouver dès son plus jeune âge au cœur d’un vif débat entre le Roi…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  Dames de coeur,  XVII et XVIIIème siècles

    Madame de Maintenon, la dame en noir ?

        Les mémorialistes de tous bords qui dépeignent la célèbre Madame de Maintenon, épouse secrète de Louis XIV, enveloppée dans ses voiles noirs et ses toilettes sombres nous offrent une grotesque caricature, tout à fait en accord avec le personnage qu’a voulu se composer Françoise d’Aubigné, mais parfaitement faux.    Depuis son mariage, à l’âge de seize ans, avec le poète satirique Paul Scarron, Françoise affectionne au contraire les couleurs vives. En vraie précieuse, elle sait comment s’habiller pour mettre en valeur l’éclat de ses grands yeux sombres et très beaux, sans toutefois atteindre la coquetterie d’une Ninon de Lenclos, qui fréquente son salon.   Choisie en 1669 par…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  Les allées du pouvoir,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    L’Assemblée des dieux : la famille de Louis XIV, par Jean Nocret

      Contexte En 1670, à Saint-Cloud, dans l’antichambre de Monsieur, un tableau où, sous un dessein allégorique, il y a une assemblée des dieux où est représentée la famille royale au nombre de dix-huit figures, chacune grande comme nature.    Premier peintre de Philippe d’Orléans, le frère du Roi, dit Monsieur, Jean Nocret réalisa à sa demande de nombreux portraits, et de multiples décors peints destinés à orner les châteaux de Fontainebleau et de Saint-Cloud. Cette dernière demeure était la favorite de Monsieur, et c’est donc dans le fabuleux château de Philippe d’Orléans que cette huile sur toile monumentale, l’Assemblée des dieux, a été réalisée par le peintre en 1670.…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette à la harpe, par Gauthier-Dagoty

      Contexte    Cette gouache sur papier de la Reine Marie-Antoinette a été réalisée au cours de l’année 1775, par le peintre Jean-Baptiste Gauthier-Dagoty. Elle est conservée au musée du château de Versailles et de Trianon.    Dès son arrivée en France, Dagoty, fils d’un graveur, a évolué à la Cour, côtoyant chaque jour ceux qui se prêtaient au jeu de son pinceau ou de son crayon. Ce fut d’abord Louis XV, puis le Dauphin, et rapidement la famille royale au complet. Il devint le protégé de Marie-Antoinette. « Son art était médiocre, mais la vérité de son pinceau, extrême » : ce n’est pas tant la ressemblance des visages qui est saisissante,…