• Crimes et maladies,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Restauration

    L’accident mortel du duc d’Orléans, héritier de Louis-Philippe

      Le roi Louis-Philippe Ier, son épouse Marie-Amélie de Bourbon-Sicile et leur nombreuse progéniture forment une famille très soudée. Quand ils ne sont pas ensemble, père, mère, frères et sœurs s’envoient des lettres presque quotidiennement, prennent des nouvelles les uns des autres et se donnent de petits surnoms affectueux. Le prince de Joinville dira d’ailleurs : « Je ne crois pas qu’il y ait jamais eu une famille plus unie que la nôtre. » Après la mort prématurée de la princesse Marie en 1839, un autre drame vient briser cet équilibre et bouleverser l’Histoire de France : la disparition tragique de l’héritier du trône le 13 juillet 1842.   « Le chef des grands…

  • enfantsrenaissance-miseenavant
    Princes au quotidien,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Renaissance

    La petite enfance des princes de la Renaissance

         Quel était le quotidien des enfants royaux au XVIè et au début du XVIIè siècle, avant que le culte monarchique poussé à son paroxysme ne sépare dès l’enfance le prince des autres mortels ? Des années passées essentiellement à l’air pur du Val-de-Loire, loin des parents mais auprès de serviteurs dévoués et rigoureusement sélectionnés !   Loin des yeux, près du cœur ?    Au XVIè siècle, la Cour de France est itinérante, et ce jusqu’au début du règne de Louis XIII. Les monarques vont d’une résidence à l’autre, emportant leurs meubles avec eux. Pour des raisons de commodité, ils ne gardent pas leurs enfants près d’eux. Ce n’est d’ailleurs…

  • Princes au quotidien,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette, maman moderne

         Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine épouse le futur Louis XVI le 16 mai 1770. Mariés trop jeunes, maladroits l’un avec l’autre et peu instruits sur les réalités de l’amour, ils mettront sept ans à consommer leur mariage.    Marie-Thérèse, surnommée Madame Royale, naît le 20 décembre 1778. Elle est suivie en 1781 d’un dauphin, Louis-Joseph. Un second fils, Louis-Charles, duc de Normandie et futur Louis XVII, voit le jour en 1785. Enfin la reine donne naissance à la princesse Sophie, qui vivra à peine un an, en 1786.    Ces enfants surviennent trop tard pour redorer l’image du roi et de la reine dans l’opinion publique. Les parisiens voient Marie-Antoinette comme…

  • Les allées du pouvoir,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Restauration

    La reine Victoria : le chemin vers le trône

         Il y a 200 ans, le 24 mai 1819, la future reine Victoria voyait le jour au palais de Kensington, à Londres. Née pour être reine, dit-on encore aujourd’hui… et pourtant née bien loin du trône !   Une galaxie de débauchés    Au printemps 1814, l’Angleterre victorieuse de Napoléon semble à l’apogée de sa puissance. La population londonienne en délire accueille avec bonheur cette nouvelle ère qui s’annonce. À contrecourant de cette vague de joie qui submerge son peuple, le vieux roi George III vit reclus, comme étranger à son propre pays. Étranger à son propre corps, surtout. Depuis près de 50 ans, le monarque subit une maladie…

  • Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Second Empire

    Accouchement aux fers, terreur des Impératrices

     L’Impératrice Marie-Louise    En épousant l’archiduchesse Marie-Louise en avril 1810, après son divorce avec l’Impératrice Joséphine qui s’est avérée incapable de lui donner des enfants, Napoléon annonce la couleur : « J’épouse un ventre ». Son grand désir est d’obtenir enfin un héritier de son sang. Contre toute attente, il s’attache profondément à sa toute jeune femme, et aspire à une véritable vie de famille avec elle et leurs enfants à venir.    Lorsqu’elle tombe enceinte quelques mois après son mariage, Marie-Louise est confiante. Elle pressent qu’il s’agit d’un garçon. Toutefois, elle ne peut s’empêcher de confier à sa belle-sœur Élisa, prévoyant l’immense déception de son époux et du pays si tel n’est…

  • Crimes et maladies,  Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Le supplice de Chramne, fils rebelle du Roi Clotaire

         À sa mort en 511, Clovis Ier, premier souverain chrétien des Francs, divise son prestigieux royaume entre ses quatre fils : Thierry, issu d’un premier lit, et ses demi-frères Clodomir, Childebert et Clotaire. Rapidement, ce-dernier s’impose comme le plus fin politique et le plus ambitieux des quatre.   Clotaire Ier l’ambitieux    Après la disparition de Clodomir, qui périt les armes à la main en 524, Clotaire s’approprie sa part du royaume et épouse sa veuve, au mépris de la loi salique puisque le défunt a 3 fils. Qu’importe, Clotaire parvient à les faire assassiner (voir mon article à ce sujet). En 534, il marche sur le royaume des…

  • Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Accouchement public, bête noire de Marie-Antoinette

         Après 7 années d’un mariage très chaste (trop chaste), Marie-Antoinette est fière d’apprendre à sa mère, dans une lettre datée du 30 août 1777 : Je suis dans le bonheur le plus essentiel de toute ma vie. Il y a déjà plus de huit jours que mon mariage est parfaitement consommé (…) Je ne crois pas être grosse encore, mais au moins j’ai l’espérance de l’être d’un moment à l’autre.    Elle va vite déchanter. Evénement profondément politique, la naissance d’un enfant royal suscite de vives émotions dans toutes les Cours européennes. La coutume royale de la délivrance en public, nécessaire afin de prouver la légitimité de l’enfant, est un…

  • Croyances et moeurs,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Lien du sang : le drame de Louis XIV et Marie-Thérèse

          L’accouchement est, pour toutes ces Reines et ces princesses destinées à assurer la continuité de la dynastie, un exercice périlleux mettant en danger la vie de la mère et de son enfant. Au Moyen-Âge, une femme sur quatre meurt en couches. Les progrès de l’obstétrique permettent de diminuer les risques : les spécialistes nommés « accoucheurs » entourant la royale patiente utilisent des instruments facilitant la délivrance. Mais l’accouchement reste une épreuve physiquement et psychologiquement éprouvante jusqu’au XXème siècle. Si le taux de mortalité infantile élevé est souvent la cause de la disparition prématurée de leurs enfants, les couples royaux sont souvent victimes des effets mal connus de la consanguinité……

  • Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Renaissance

    Maternités : espoirs déçus d’Anne de Bretagne

       Le premier devoir d’une Reine, ou d’une princesse destinée à monter un jour sur le trône, est celui de procréer. Si le couple demeure stérile, c’est à la femme que l’on impute cette dramatique situation. Elle peut alors craindre la répudiation, pratique heureusement très rare à partir du XVIème siècle.    Il ne suffit pas de donner des enfants à la couronne, encore faut-il que ces derniers soient de sexe masculin ! Les filles étant écartées de la succession, la naissance de mâles dans la famille devient une question de survie dynastique. Sitôt mariée, la princesse voit tous les yeux braqués sur son ventre, qui devient le centre de toutes…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    L’assassinat des petits-fils de Clovis

    Le partage    A sa mort en 511, le Roi mérovingien Clovis Ier, considéré comme le premier souverain chrétien des Francs, laisse un territoire immense.    Il ne s’était pas contenté longtemps du petit royaume des Francs saliens dont il avait hérité à la mort de son père Childéric Ier. Utilisant de moyens radicaux (la guerre et le meurtre…) pour unifier une grande partie des tribus franques sous son égide, Clovis employa sa vie à bâtir un véritable royaume. Ce dernier doit à présent être partagé entre ses fils, ainsi que l’impose la loi salique.    Son fils aîné Thierry, issu de sa première union avec une princesse païenne, hérite…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Anne de Bourbon, éphémère fiancée de Louis XV

         Au cours de l’année 1719, les rapports entre la France et l’Espagne ne sont pas au beau fixe. Philippe V, petit-fils du Roi-Soleil, règne sur le peuple madrilène conjointement avec sa seconde épouse Élisabeth Farnèse. Philippe d’Orléans, Régent de France, gouverne pour le jeune Louis XV. Bourbon et Orléans, une même famille !    Pourtant, les deux couronnes viennent de se livrer une guerre fratricide : la France n’a pas soutenu l’Espagne dans sa volonté de reconquérir ses provinces perdues en Italie. Cette politique agressive menée par l’Espagne a été désastreuse, même si elle a permis à l’ambitieuse Élisabeth Farnèse d’assurer pour l’avenir, à l’un de ses fils, les duchés…

  • Crimes et maladies,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Hécatombe dans la famille de Louis XIV

         En ce début d’année 1711, Louis XIV est un monarque vieillissant de plus de soixante-dix ans. Son autorité est reconnue et respectée dans toutes les Cours d’Europe. Il peut se targuer d’être le plus puissant Roi du monde.    Une domination qui passe par sa descendance, bien pourvue en mâles, vitrine de sa souveraineté. Ils garantissent une continuité dynastique sur plusieurs générations. Une confiance en l’avenir qui va, au cours des quatre années qui lui restent à vivre, être terriblement mise à mal…   Une descendance assurée    Louis XIV a eu six enfants de son union avec Marie-Thérèse d’Autriche. Un seul a survécu : Louis, Monseigneur, dit le…