• Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Amélia, dernière fille du Roi fou George III

      « Emily »    La princesse Amélia d’Angleterre naît le 7 août 1783, au château de Windsor. Elle est la quinzième (oui, oui !) et dernière enfant du Roi George III d’Angleterre et de son épouse, la très prolifique Reine Charlotte de Mecklenburg-Strelitz. Cette naissance survient quelques semaines seulement après la mort d’un fils, le prince Octavius. Le couple fait immédiatement un transfert d’affection sur Amélia, surtout George III : la compagnie de la petite semble atténuer sa peine.    En tant que « bébé de la famille », la princesse occupe une position à part dans la fratrie : c’est une enfant choyée. Sixième fille du couple, elle a dix-sept ans d’écart avec sa sœur…

  • Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Louise, Reine-enfant de Philippe V d’Espagne

      Philippe V de Bourbon, Roi d’Espagne     Le 1er novembre 1700, le maladif Charles II de Habsbourg, Roi d’Espagne, meurt sans héritier : dans son testament il désigne comme successeur le second petit-fils de Louis XIV, Philippe, duc d’Anjou. Léopold Ier de Habsbourg, Empereur du Saint-Empire romain germanique, qui voyait déjà la couronne échoir à son fils l’archiduc Charles, ne se remet pas de cette fracassante nouvelle !    Renonçant au trône de France, le duc d’Anjou devient Philippe V d’Espagne. Déraciné de Versailles, séparé de ses frères qu’il n’a jamais quittés depuis sa naissance, il s’installe à Madrid le 19 février 1701.    Le nouveau monarque gagne presque immédiatement le…

  • Antiquité,  Les allées du pouvoir

    Théodora, auguste impératrice de Constantinople

         Le destin de Théodora, fille du cirque méprisée qui réussit à s’élever jusqu’au pouvoir suprême et à régner conjointement avec l’Empereur Justinien pendant deux décennies, est véritablement exceptionnel…   Actrice et courtisane    Théodora naît aux alentours de l’an 490, dans le « chaudron bouillonnant » qu’est alors Constantinople, véritable brassage d’ethnies, arabes, géorgiens, orientaux… Deux partis s’opposent : les Verts, issus des classes populaires et multi-ethniques, et les Bleus, partisans de l’Empereur et orthodoxes. Ils s’affrontent sur le plan sportif, puis sur le plan social et politique.    Théodora est témoin de leurs rixes lors de tournois sportifs puisqu’elle est la fille d’un dresseur d’ours à l’hippodrome. Elle fait donc partie…

  • Crimes et maladies,  Fin XIXème et XXème siècle,  Mensonges, complots et mascarades

    Sofia Perovskaïa, bourreau du tsar Alexandre II

         Alexandre II (1818 – 1881), monarque empli de bonne volonté, ne cesse de se battre tout au long de son règne pour moderniser la Russie. Son ambition ? Faire progresser son pays, encore figé dans ses principes rétrogrades, embarrassé de ses privilèges séculaires. Mais voilà, dans une société en pleine mutation, il en fait trop pour les uns, et pas assez pour les autres…   Une aristocrate… révolutionnaire    Sofia Perovskaïa naît à la fin de l’année 1853, dans une famille aristocrate russe : son arrière-grand-père était le comte Alexeï Razoumovsky, un personnage évoluant au sommet du pouvoir. Son père est général, gouverneur de Saint-Pétersbourg jusqu’en 1866. Jeune fille choyée…

  • Les allées du pouvoir,  Moyen-Age,  Princes au quotidien,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Blanche contre Marguerite : pour l’amour de Saint-Louis ?

         L’histoire, telle que l’on croit la connaître, est devenue une légende : celle de Marguerite de Provence qui, en épousant le jeune Roi de France Louis IX en 1234, épouse aussi sa mère Blanche de Castille… Elle se révèle être une belle-mère tyrannique, jalouse et mesquine, empêchant aux époux de vivre leur amour, usant de tous les stratagèmes pour détacher Louis de Marguerite, celle qui ose lui voler l’amour de son fils.    Une légende qui mérite d’être nuancée. Cette compétition entre les deux Reines prend en réalité la forme d’une relation complexe, où s’entremêlent amour familial, sentiments personnels et considérations politiques…   La Jeune Reine    Rappelons que…

  • Fêtes, arts et création,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    Le Camp du Drap d’Or : royal jeu de dupes ?

          Durant toute la première moitié du XVIème siècle, trois grands souverains charismatiques dominent l’Europe : Henry VIII, flamboyant et tyrannique Roi Angleterre, François Ier, fringant et ambitieux Roi de France, et Charles Quint, impénétrable et scrupuleux Roi d’Espagne et Empereur du Saint-Empire romain germanique. Puissants monarques qui s’allient, se trahissent, bref, se livrent une guerre sans merci au gré de leurs intérêts.   Pour contrer Charles, François se rapproche d’Henry    Les relations entre François Ier et Charles Quint n’ont jamais été au beau fixe. Et depuis que Charles a raflé la couronne de l’Empire, en juin 1519, que François convoitait et pour laquelle il était candidat, la guerre…

  • Hommes et femmes illustres,  Restauration

    Clémentine d’Orléans, la Médicis des Cobourg – Oliver Defrance

         Louis-Philippe Ier (1773 – 1850) et son épouse Marie-Amélie de Bourbon-Sicile (1782 – 1866), derniers souverains des Français issus de la branche bourbonienne, ont surpris leur peuple par l’exceptionnelle bonne entente qui régnait dans leur couple. Une symbiose qui s’étendait à tous les membres de la famille royale : parents et enfants furent attachés les uns aux autres par un indestructible amour filial. Le couple, leurs 5 fils et leurs 3 filles qui atteignirent l’âge adulte, composèrent l’une des familles royales les plus soudées que la France ait jamais connue (je recommande l’ouvrage : Louis-Philippe et sa famille, de Anne Martin-Fugier).    Mais que savons-nous réellement des enfants de Louis-Philippe et…

  • Fin XIXème et XXème siècle,  Princes au quotidien,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Second Empire

    Victoria, la Reine prolifique qui n’aimait pas les enfants

         L’image, bien ancrée dans les esprits et pourtant tardive, que la Reine Victoria a laissée à la postérité, est celle que l’on retrouve figée sur ses photographies les plus célèbres. Une petite femme replète, icône vieillissante drapée dans ses voiles de veuve, suivant les pas de sa ribambelle de petits-enfants et arrières-petits enfants avec attendrissement, leur assurant dès que possible des unions prestigieuses.    Grand-mère, arrière-grand-mère… certes. Mais Victoria fut aussi, et surtout, la mère de neuf enfants. Neuf grossesses, qui la plongèrent à chaque fois dans une profonde dépression. Car oui, Victoria la « grand-mère de l’Europe », fut avant tout une femme lassée par des grossesses extrêmement rapprochées : à…

  • Crimes et maladies,  Fin XIXème et XXème siècle,  Princes au quotidien

    La santé désastreuse d’Alexandra Feodorovna de Russie

       La vie de la tsarine Alexandra Feodorovna, épouse de Nicolas II, fut un long calvaire. Des problèmes de santé à répétition, liés à des troubles psychologiques et une anxiété permanente, aggravent son caractère déjà peu affable et intransigeant.   Traumatisme de l’enfance    Alix de Hesse-Darmstadt, née le 6 juin 1872, est la fille de Louis IV de Hesse-Darmstadt et de la princesse Alice du Royaume-Uni, seconde fille de la Reine Victoria. Dans son enfance, Alix est surnommée Sunny par ses proches, car elle fait preuve d’une joie de vivre communicative. Toujours souriante, c’est un vrai rayon de soleil.   Hélas ! Alors qu’elle n’a pas encore atteint ses…

  • Les allées du pouvoir,  Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age

    Isabelle d’Angoulême, épouse de Jean Sans Terre

          Mariée à l’un des souverains les plus calamiteux de l’Histoire de l’Angleterre, Isabelle d’Angoulême fait partie de ces femmes de tête du Moyen-Âge, dont la vie digne d’un roman mérite d’être contée !   Le « kidnapping » d’Isabelle par Jean Sans Terre    Celui qui passera à la postérité sous le nom de Jean Sans Terre n’était pas du tout destiné à régner. Il est le dernier fils du Roi d’Angleterre Henri II et de son épouse Aliénor d’Aquitaine. Après la mort de ses trois frères aînés, et le règne de 10 ans de Richard Cœur de Lion, la couronne enfin lui revient…     Depuis ses plus jeunes années,…

  • Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Ferdinand IV de Naples, un souverain… pas très royal !

       Ferdinand IV de Naples, puis Ferdinand Ier des Deux-Siciles (1751 – 1825) restera pour ses sujets le bien-aimé Re Nasone (Roi Gros Nez…) ou Re Lazzaroni. Sa popularité auprès de ce petit peuple napolitain, les lazzaroni, ne se démentira jamais, et lui permettra de remonter sur le trône des Deux-Siciles après l’ouragan Bonaparte !    Mais qu’avait donc le Roi Ferdinand de si particulier pour s’attacher durablement l’affection de ses sujets les plus humbles ?   Un peuple insouciant    Les Napolitains sont un peuple expressif : ils aiment parler et rire bruyamment, gesticuler, dire ce qu’ils pensent et laisser libre cours à leurs passions. Ils sont excessifs aussi, passant d’un…

  • Crimes et maladies,  Fin XIXème et XXème siècle,  Princes au quotidien,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Second Empire

    Hémophilie chez les descendants de la Reine Victoria

         L’hémophilie. Une maladie très rare, fléau des têtes couronnées à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.    Empêchant la coagulation du sang, cette pathologie se transmet par les femmes, mais n’affecte que les hommes, et un homme atteint transmet presque obligatoirement la maladie à ses filles, etc… Un hémophile ne peut envisager une vie normale, car il doit perpétuellement faire attention : le moindre choc peut causer une hémorragie. Jusqu’aux années 1970, l’espérance de vie des hémophiles était très faible, vingt ans environ à cause de l’absence de traitement et des risques d’accidents.   « Le mal Victorien »    Victoria, fille du prince Edouard de Kent…