• Au fil des siècles,  Crimes et maladies,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    La fistule de Louis XIV : « l’opération » du siècle

       La série Versailles fait renaître de ses cendres un Louis XIV svelte et énergique, au visage poupin éclairé d’un sourire ravageur et encadré d’une chevelure soyeuse. Bref, un Roi d’une santé florissante.    Hélas ! La réalité est loin d’être aussi reluisante. À partir des années 1680/90, le Roi-Soleil est un grand corps malade. Fièvres, goutte, diarrhées, étourdissements, il est très souvent indisposé. À 45 ans, il ne lui reste déjà plus que quelques chicots. L’entourage du Roi admire son courage et sa capacité de résistance, lui qui reste muet face à la douleur la plus insupportable.    C’est incontestablement l’histoire de sa fistule anale, opérée en 1686, qui frappe le…

  • Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Accouchement public, bête noire de Marie-Antoinette

         Après 7 années d’un mariage très chaste (trop chaste), Marie-Antoinette est fière d’apprendre à sa mère, dans une lettre datée du 30 août 1777 : Je suis dans le bonheur le plus essentiel de toute ma vie. Il y a déjà plus de huit jours que mon mariage est parfaitement consommé (…) Je ne crois pas être grosse encore, mais au moins j’ai l’espérance de l’être d’un moment à l’autre.    Elle va vite déchanter. Evénement profondément politique, la naissance d’un enfant royal suscite de vives émotions dans toutes les Cours européennes. La coutume royale de la délivrance en public, nécessaire afin de prouver la légitimité de l’enfant, est un…

  • Fêtes, arts et création,  Premier Empire,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeux d’hiver à la Cour : dangers des lacs gelés !

         Moyens de locomotion connus depuis bien longtemps des peuples d’Europe centrale et du Nord, patins à glace et traîneaux font fureur à la Cour de France au XVIIIème siècle. En une saison peu propice aux promenades et flâneries en tout genre, où même les lourds carrosses royaux sont impraticables sur les routes enneigées, ces nouvelles sources d’amusement ravissent les princes et leurs courtisans !    La Cour découvre les joies du patinage et des courses de traîneaux sous Louis XIII. Mais c’est véritablement à la fin du règne de son fils Louis XIV que ces jeux d’hiver folkloriques connaissent une vogue sans précédent.   Nouveau château, nouvelles lubies  …

  • Biographies,  Coup de coeur,  Reines et Impératrices

    Juger la Reine – Emmanuel de Waresquiel

       Coup de ♥   Procurez vous Juger la Reine, d’Emmanuel de Waresquiel !    Le procès de Marie-Antoinette, qui se déroule les 14 et 15 octobre 1793, est un moment charnière dans l’histoire de France. Il représente le point d’orgue de la Révolution dans son opposition à la Monarchie. Cependant, Emmanuel de Waresquiel démontre que loin d’être l’apogée de cette période, il en est au contraire le chant du cygne. Victime, témoins, juges ou jurés, tous finissent broyés par l’engrenage infernal de cette machine impitoyable.     L’héroïne    À ces révolutionnaires qui considèrent le meurtre de la Reine comme l’accomplissement de leur devoir de citoyen, l’histoire opposera une fin…

  • Croyances et moeurs,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Lien du sang : le drame de Louis XIV et Marie-Thérèse

          L’accouchement est, pour toutes ces Reines et ces princesses destinées à assurer la continuité de la dynastie, un exercice périlleux mettant en danger la vie de la mère et de son enfant. Au Moyen-Âge, une femme sur quatre meurt en couches. Les progrès de l’obstétrique permettent de diminuer les risques : les spécialistes nommés « accoucheurs » entourant la royale patiente utilisent des instruments facilitant la délivrance. Mais l’accouchement reste une épreuve physiquement et psychologiquement éprouvante jusqu’au XXème siècle. Si le taux de mortalité infantile élevé est souvent la cause de la disparition prématurée de leurs enfants, les couples royaux sont souvent victimes des effets mal connus de la consanguinité… …

  • Mensonges, complots et mascarades,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Anne de Bourbon, éphémère fiancée de Louis XV

         Au cours de l’année 1719, les rapports entre la France et l’Espagne ne sont pas au beau fixe. Philippe V, petit-fils du Roi-Soleil, règne sur le peuple madrilène conjointement avec sa seconde épouse Élisabeth Farnèse. Philippe d’Orléans, Régent de France, gouverne pour le jeune Louis XV. Bourbon et Orléans, une même famille !    Pourtant, les deux couronnes viennent de se livrer une guerre fratricide : la France n’a pas soutenu l’Espagne dans sa volonté de reconquérir ses provinces perdues en Italie. Cette politique agressive menée par l’Espagne a été désastreuse, même si elle a permis à l’ambitieuse Élisabeth Farnèse d’assurer pour l’avenir, à l’un de ses fils, les duchés…

  • Rois et Empereurs,  XVII et XVIIIème siècles

    Louis XVII, de Hélène Becquet

         Dès les premières pages, Hélène Becquet annonce la couleur. Les lecteurs qui s’attendent à voir surgir un énième rebondissement dans « l’énigme Louis XVII » feraient mieux de passer leur chemin. Comme le rappelle très bien l’auteur, les élucubrations relatives à une éventuelle substitution du petit Roi lors de son emprisonnement se sont taries. Nous savons que l’enfant décédé dans sa cellule en 1795 était bel et bien le fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette.    Il s’agit en réalité d’une réflexion profonde sur l’instrumentalisation politique de cet enfant qui devient, dès les premières années de la Révolution, l’espoir d’une grande partie des français, avant de symboliser le Roi…

  • Crimes et maladies,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Hécatombe dans la famille de Louis XIV

         En ce début d’année 1711, Louis XIV est un monarque vieillissant de plus de soixante-dix ans. Son autorité est reconnue et respectée dans toutes les Cours d’Europe. Il peut se targuer d’être le plus puissant Roi du monde.    Une domination qui passe par sa descendance, bien pourvue en mâles, vitrine de sa souveraineté. Ils garantissent une continuité dynastique sur plusieurs générations. Une confiance en l’avenir qui va, au cours des quatre années qui lui restent à vivre, être terriblement mise à mal…   Une descendance assurée    Louis XIV a eu six enfants de son union avec Marie-Thérèse d’Autriche. Un seul a survécu : Louis, Monseigneur, dit le…

  • Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Hygiène à Versailles : bain, dentifrice et chaise percée !

        Une légende persistante veut que Louis XIV n’ait pris qu’un seul bain au cours de sa vie… De nos jours, la Cour du Roi-Soleil est particulièrement décriée pour son hygiène déplorable. Il est vrai qu’au Moyen-Âge, on se lave beaucoup plus souvent que sous l’Ancien-Régime, époque qui semble afficher une régression dans ce domaine. Mais les courtisans de Versailles sont loin d’être ces monstres de saleté, ces personnages crasseux et emperruqués qui se soulagent dans les couloirs et se parfument à l’excès dans le seul but de camoufler leurs odeurs corporelles.   L’eau et la propreté     Contrairement à une idée reçue, Versailles dispose d’arrivées d’eau courante dès…

  • Dames de coeur,  XVII et XVIIIème siècles

    Louise de Polastron, Ange rédempteur du comte d’Artois

       « C’était la tendresse vivante » nous affirme Lamartine. Personnalité touchante et discrète, coquette mais point ambitieuse, celle que Marie-Antoinette surnommait « la bonne Louise » demeura la maîtresse du comte d’Artois, futur Charles X, jusqu’à sa mort. Ce grand amateur de femmes particulièrement frivole, sut reconnaître en Louise des qualités de cœur qui inspirèrent à ses contemporains éloges et compliments poétiques.   La jeunesse dorée du XVIIIème siècle    Louise d’Esparbès de Lussan, née le 19 octobre 1764, ne connaîtra jamais sa mère, morte six semaines après lui avoir donné le jour. Elle noue en revanche des liens très forts avec son grand-père maternel.    Issue d’une noble et très ancienne famille…

  • Crimes et maladies,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    La maladie de Crohn : tombeau du Roi Louis XIII

      Les colères du Dauphin    Lorsque le Dauphin Louis, premier enfant d’Henri IV et Marie de Médicis, naît le 27 septembre 1601 au château de Fontainebleau, c’est un gros bébé qui fait la fierté de ses parents. Il promet de surpasser son père en résistance physique ! Enfant en effet, il déborde de vie et aime particulièrement les activités de plein air. Il faut le tenir constamment occupé.    Cependant, c’est aussi un bambin colérique, qui pique des crises sans prévenir pour un oui ou pour un non. Ces sautes d’humeur font partie de son caractère : très fier et imbu de sa naissance, il méprise (gentiment mais fermement) les bâtards…

  • Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Ferdinand IV de Naples, un souverain… pas très royal !

       Ferdinand IV de Naples, puis Ferdinand Ier des Deux-Siciles (1751 – 1825) restera pour ses sujets le bien-aimé Re Nasone (Roi Gros Nez…) ou Re Lazzaroni. Sa popularité auprès de ce petit peuple napolitain, les lazzaroni, ne se démentira jamais, et lui permettra de remonter sur le trône des Deux-Siciles après l’ouragan Bonaparte !    Mais qu’avait donc le Roi Ferdinand de si particulier pour s’attacher durablement l’affection de ses sujets les plus humbles ?   Un peuple insouciant    Les Napolitains sont un peuple expressif : ils aiment parler et rire bruyamment, gesticuler, dire ce qu’ils pensent et laisser libre cours à leurs passions. Ils sont excessifs aussi, passant d’un…