• Croyances et moeurs,  Moyen-Age

    Hildegarde de Bingen et la sexualité féminine

    La femme, diabolique tentatrice    Le XIIème siècle est celui d’une l’Église triomphante, une Église dite « grégorienne » qui doit son nom au pape Grégoire VII (1073 – 1086). La doctrine se fonde sur la lutte contre la dépravation des mœurs. Le corps, « abominable vêtement de l’âme », est diabolisé.    Ce siècle est aussi héritier d’une tendance misogyne bien ancrée dans les esprits : il sera suivi par bien d’autres. Aux hommes l’espace public, la guerre et le pouvoir. Aux femmes l’espace privé, la maison ou le couvent.    L’Église condamne fermement la « fornication » : la femme devient l’obstacle à la spiritualité, un être dangereux. On la méprise, au même titre que la…

  • Fêtes, arts et création,  L'histoire en portraits,  Premier Empire,  Princes au quotidien

    Statue scandaleuse : Pauline Bonaparte pose nue pour Canova

          La nymphe de Rome    Pauline Bonaparte, sœur préférée de Napoléon, épouse en seconde noce le prince Camille Borghèse en 1803. A vingt-trois ans, elle quitte donc Paris pour Rome, où la famille possède plusieurs somptueuses propriétés : la Villa Borghèse, qui abrite une impressionnante collection d’œuvres d’art, et le palais Borghèse, dans lequel elle réside avec son époux.    Cet Apollon charmant mais peu instruit et peu cultivé, lui apporte, sinon la passion amoureuse qu’elle ira assouvir en entretenant une collection prodigieuse d’amants, le titre de princesse. Pauline devient membre à part entière de l’une des familles les plus anciennes et les plus respectées de la cité…

  • Fêtes, arts et création,  Fin XIXème et XXème siècle

    Cécile Sorel, comédienne en plumes et paillettes

       « Dans la vie, si vous n’êtes pas exigeant, vous n’obtenez rien » Cécile Sorel (1873 – 1966)    Parisienne née le 17 septembre 1873, Céline Seurre (de son vrai nom) est très vite saisie par la vocation artistique. Elle décide dès l’adolescence, avec une hauteur presque royale : « Je serai comédienne ». Elle le sera en effet. Avec quel talent ! Avec quel panache !    Le nom de sa sœur aînée, Emma Seurre, sera éclipsé par celui de son mari, Léopold Reutlinger, l’un des photographes les plus reconnus de son temps, qui réalisera d’ailleurs d’innombrables clichés des actrices les plus célèbres.    Céline Seurre brillera par elle-même sur la scène pendant plus d’un…

  • suffragettes
    Croyances et moeurs,  XVII et XVIIIème siècles

    Suffragistes et Suffragettes, le combat des femmes en Angleterre

          Tant que les femmes consentiront à être injustement gouvernées, elles le seront. Emmeline Pankhurst (1858 – 1928)    Dans l’Empire britannique de la seconde moitié du XIXème siècle, c’est la Reine Victoria qui gouverne l’Angleterre depuis des décennies. Pourtant, les femmes sont considérées comme des « citoyens de seconde classe ».   Qu’elles soient riches ou pauvres, paysannes ou bourgeoises, ouvrières ou nobles, elles n’ont pas davantage de droits qu’un criminel, qu’un enfant ou même qu’un malade mental. A métier équivalent, elles gagnent le tiers de ce que gagne un homme et n’ont pas accès à l’éducation. La femme mariée ? Elle ne s’appartient plus, « son identité est subordonnée à celle…

  • Madame de Maintenon - Jean-Paul Desprat
    Coup de coeur,  Favorites et courtisanes,  XVII et XVIIIème siècles

    Madame de Maintenon – Jean-Paul Desprat

       Coup de  ♥        Madame de Maintenon. Françoise d’Aubigné. Une seule et même femme, qui attire rarement la sympathie. Son personnage, cependant, fascine.    Son ascension exceptionnelle jusqu’à Louis XIV, elle la doit à sa détermination, mais surtout à son étonnante capacité à jouer la comédie. Destin sans nul autre pareil, personnalité de premier plan durant de longues décennies, Madame de Maintenon a réussi le tour de force d’écrire sa propre histoire, de façonner son personnage. Encore aujourd’hui, sa vie est entourée d’un épais voile de mystère.    Derrière le masque factice d’une piété excessive, Jean-Paul Desprat nous révèle la véritable Madame de Maintenon. Exercice particulièrement difficile tant…

  • Reines et Impératrices,  Renaissance

    Anne de Bretagne – Philippe Tourault

       Anne de Bretagne, deux fois Reine de France (fait unique), c’est l’histoire d’une petite duchesse diablement intelligente, au caractère affirmé et à la féminité charmante, passionnée et parfois cassante, qui apporta au royaume de France l’une de ses plus belles provinces : la Bretagne. Offrant à la France un embryon de Cour, l’éduquant aux arts et aux lettres, c’est une femme moderne qui fut l’épouse de Charles VIII en 1491, puis de Louis XII en 1499.    Anne, c’est aussi l’histoire d’une mère malheureuse, et d’une bretonne à la fierté maintes fois blessée. Les épreuves ne l’ont pas épargnée. Et toute sa vie, elle fit preuve d’un courage magnifique. Procurez-vous…

  • Croyances et moeurs,  Second Empire

    Julie-Victoire Daubié, première femme à obtenir le baccalauréat

               Au XIXème siècle, sous le Second Empire (1852 – 1870), rien n’empêche les femmes de candidater pour obtenir leur baccalauréat, ce diplôme remis au goût du jour par Napoléon Ier : en effet, il n’existe pas de loi écrite leur interdisant de se présenter ! Pourtant, aucune ne tente l’épreuve… C’est qu’elles n’y songent même pas.    Julie-Victoire Daubié, une vosgienne à la forte personnalité va, à force de ténacité, décrocher le premier baccalauréat féminin de l’histoire de notre pays, le 17 août 1861. Une étape indispensable dans le combat des femmes pour se voir reconnaître les égales des hommes. C’était il y a 150 ans…   De…

  • castiglione-fascination-facebook
    Dames de coeur,  Fêtes, arts et création,  Second Empire

    La Castiglione, ses photos : fascination et modernisme

               La comtesse de Castiglione est célèbre pour avoir été la maîtresse de Napoléon III, et pour ses tenues audacieuses arborées lors de bals aux Tuileries. Mais l’œuvre véritable de la Castiglione, ce sont ses photographies.    Si sa liaison avec l’Empereur dura un peu plus d’un an (entre 1856 et 1857), si ses apparitions en costumes fantaisistes lui accordèrent une gloire de quelques heures, ses photographies, elles, sont encore là, immortelles. Elles se détachent nettement des photographies traditionnelles et, encore aujourd’hui, fascinent par leur modernisme et leur côté provocateur.   Premiers essais    Lorsqu’elle arrive à Paris en 1856, Virginia prend  le chemin de l’atelier de Pierson.…

  • Les allées du pouvoir,  Moyen-Age

    Aliénor d’Aquitaine, une santé de fer au Moyen-Age

             Maîtresse femme protectrice des arts, inspiratrice des poètes et véritable tête politique, la vie d’Aliénor d’Aquitaine est fascinante. Lorsque l’on survole les grands évènements qui jalonnèrent sa vie, on est frappé par la grande longévité de cette femme, et de sa résistance exceptionnelle face aux épreuves de son temps.    Héritière d’un vaste et riche duché, Reine de France à quinze ans par son union avec Louis VII en 1137, Reine d’Angleterre aux côtés d’Henri II Plantagenêt en 1154, Aliénor eut une vie particulièrement mouvementée, semée d’embuches, et s’éteignit à un âge extrêmement avancé pour l’époque : plus de 80 ans. Elle donna naissance à dix enfants, dont…

  • Echec à la Reine,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  Renaissance

    Anne de Bretagne veut Charles Quint pour sa fille

         Anne de Bretagne c’est l’histoire d’une duchesse de caractère, pleine de charme et d’intelligence, deux fois Reine de France et qui, toute sa vie, cherchera à préserver l’indépendance de son cher duché, la Bretagne.    C’est aussi l’histoire d’une mère malheureuse : après une dizaine de grossesses, il ne lui reste aucun enfant de son premier mari Charles VIII, mort prématurément en heurtant le linteau d’une porte, et seulement deux filles de Louis XII : Claude, l’aînée, née en 1499, et Renée, née en 1510.    Claude, future Reine de France, va se trouver dès son plus jeune âge au cœur d’un vif débat entre le Roi Louis XII et…

  • Au fil des siècles,  Biographies,  Reines et Impératrices,  Second Empire

    Victoria, L’apogée de l’Angleterre – Guy Gauthier

         La Reine Victoria appartient, avec le féroce Henri VIII et sa flamboyante fille la Grande Elisabeth, aux quelques souverains les plus célèbres d’Angleterre.    Si l’ère élisabethaine incarnait l’âge d’or de ce Royaume de Grande-Bretagne, l’ère victorienne en symbolise l’apogée. Mais cette époque mérite-t-elle vraiment le qualificatif de « victorien », synonyme aujourd’hui de puritanisme, de chasteté exacerbée et d’une certaine forme d’austérité ?    Quelle Reine mais surtout quelle femme fut réellement Victoria, celle que l’on surnomme encore « la grand-mère de l’Europe » ? C’est à cette question que se propose de répondre Guy Gauthier.    Procurez-vous “Victoria : L’apogée de l’Angleterre” !      …