• Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    L’escadron volant de Catherine de Médicis

         Catherine de Médicis règne avec son époux Henri II depuis 1547. Elle est Reine, mais la véritable Reine de la Cour, celle qui donne le ton, c’est la toute puissante Diane de Poitiers. Après la mort d’Henri II en 1559 et le retrait de la favorite en titre, Catherine gouverne l’Etat pour de bon, conseillère de ses fils. Elle donne libre cours à ses goûts en les mettant au service de sa conception du pouvoir.    Le trop fameux « escadron volant » de la Reine mère, ces belles jeunes femmes qui l’entourent et forment sa Cour, a donné lieu à des élucubrations plus fantaisistes les unes que les autres……

  • Mensonges, complots et mascarades,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Louis XIV marie sa fille… Madame Lucifer !

      La gloire des bâtards        Louis XIV eut toute sa vie pour ses enfants légitimés, ceux de Madame de Montespan et de Louise de La Vallière, beaucoup d’affection et une infinie complaisance.    Il souhaitait les élever au rang des princes du sang, leur assurer une haute position dans l’Etat. Cette élévation passait nécessairement par des alliances prestigieuses. Les manœuvres qu’il employa pour marier son neveu, le duc de Chartres, futur Régent, à sa fille Françoise-Marie de Bourbon, furent peu dignes du grand Roi !    Deux de ses filles étaient déjà mariées à des princes de la famille royale. Marie-Anne de Bourbon, belle et fière fille de…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Liaisons dangereuses à la Tour de Nesle

         Nous sommes en 1314, et jamais le Roi de France n’a été si puissant. À quarante-cinq ans, le petit fils de Saint Louis, Philippe le Bel, est véritablement « empereur en son royaume », seul maître d’une monarchie qu’il centralise et dont il réaffirme la prééminence sur les vassaux.    Morte en 1302, sa tendre épouse Jeanne de Navarre a assuré la dynastie en lui donnant trois fils : Louis de Navarre, Philippe de Poitiers, et Charles de la Marche. Afin de renforcer encore la puissance Capétienne, Philippe le Bel met en œuvre une habile politique matrimoniale pour ses fils. Il ne va pas chercher des étrangères, comme il est généralement…