• Fêtes, arts et création,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Mesdames de France musiciennes

         La musique participe presque obligatoirement à l’éducation d’une princesse, au même titre que la danse ou le chant. Dans le cas de Mesdames, filles de Louis XV et Marie Leszczynska, la musique va prendre une place particulière.    Pour au moins quatre des six filles du couple qui atteindront l’âge adulte, Henriette, Adélaïde, Victoire et Sophie, la musique devient un véritable « dérivatif au néant de leur existence », une activité qui justifie la vie tristement vaine et monotone de ces princesses.   La passion des filles de France    Mesdames sont plongées dès leur plus tendre enfance dans cet univers artistique. Si Louis XV n’est guère sensible qu’aux sonneries de…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette contre la Du Barry

       Marie-Antoinette d’Autriche et Jeanne Du Barry. Deux femmes qu’un monde sépare. Victimes de la Cour, univers impitoyable, elles vont être les protagonistes de l’une des plus ridicules confrontations de la fin du règne de Louis XV.    Sophia Coppola, dans son film « Marie-Antoinette », nous donne une version grossière et erronée de l’affaire, cette simple question d’Etiquette transformée en affaire d’Etat : représentant Jeanne comme une grisette vulgaire et sans manières, donnant le beau rôle à Marie-Antoinette, son interprétation est fort éloignée de la réalité…   La Cour, nid d’intrigues    Au cours de l’année 1768, Louis XV tombe sous le charme d’une demi-mondaine, prostituée de haut vol, Jeanne Bécu, comtesse…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  XVII et XVIIIème siècles

    Madame Adélaïde de France par Adélaïde Labille-Guiard

      Contexte    Huile sur toile terminée en 1787, ce portrait figure la princesse Adélaïde de France, fille de Louis XV et Marie Leszczynska. C’est la dernière représentation que nous ayons de cette fille de France, avant son décès à Trieste en 1800. Le tableau est actuellement exposé à Versailles, dans la première antichambre des appartements de celle qui fut sa sœur mais aussi sa compagne de vieillesse, la princesse Victoire.    Adélaïde Labille-Guiard était le peintre attitré des filles de Louis XV, quand Elisabeth Vigée-Lebrun était celle de Marie-Antoinette. En même temps qu’une guerre sourde faisait rage entre Mesdames tantes (menées par notre turbulente Adélaïde) et la Reine de France,…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois,  XVII et XVIIIème siècles

    Série “Les Quatre éléments” : Mesdames de France

               Quoi qu’on ait affirmé sur la déception de Louis XV lorsque chaque année, sa femme, Marie Leszczynska, donnait naissance à un enfant de sexe féminin, ses filles faisaient la fierté et la joie du souverain. Il chargea à de nombreuses reprises Jean-Marc Nattier de portraiturer Mesdames de France, nommées ainsi à la Cour car tellement nombreuses !    Cette série, commandée par le Roi en 1750 et terminée un an plus tard, représente les aînées sous les traits des quatre éléments. C’est un modèle du genre « Portrait de Cour allégorique », dans lequel excellait le peintre. La personnalité des filles de Louis XV ainsi que leur haute naissance…