• Dames de coeur,  Fin XIXème et XXème siècle

    Lillie Langtry ou l’exploitation de la beauté

         Après l’éclatante Cécile Sorel et la mutine Anna Held, voici la belle et opportuniste Lillie Langtry. Celle qui fut aussi actrice et maîtresse du futur Roi Edouard VII d’Angleterre va réussir à tirer parti des évolutions incroyables de son époque pour se façonner une image impérissable de déesse de beauté…   Seule fille parmi six garçons       Emilie Charlotte Le Breton, surnommée « Lillie », naît en octobre 1853 dans l’île de Jersey. Elle est la petite dernière d’une fratrie de six garçons. Son père est un homme libéral, intelligent, éduqué, beau et profondément bon : il est son modèle en tout. Sa mère est une femme élégante et aimable.    Cette…

  • Dames de coeur,  Fin XIXème et XXème siècle,  Princes au quotidien,  Second Empire

    Katia et Alexandre II : le cœur et les sens

       Alexandre II de Russie et Catherine Dolgorouki, Katia pour les intimes, s’aimèrent avec passion. Une relation fusionnelle qui fit scandale, mais qui dura jusqu’à la fin… jusqu’au drame…   La solitude d’un homme    Le 4 avril 1866, le Tsar Alexandre II échappe de justesse à une tentative d’assassinat. Personnellement visé pour la première fois, il est en état de choc. Il a supprimé le servage, réformé l’administration, l’armée et la justice… Et pourtant ! Quoi qu’il entreprenne, on le critique. Il n’en fait pas assez pour les uns, ces fameux « nihilistes », des progressistes issus de la jeunesse remuante qui prônent la destruction totale du régime, et trop pour les…

  • Dames de coeur,  XVII et XVIIIème siècles

    Louise de Polastron, Ange rédempteur du comte d’Artois

       « C’était la tendresse vivante » nous affirme Lamartine. Personnalité touchante et discrète, coquette mais point ambitieuse, celle que Marie-Antoinette surnommait « la bonne Louise » demeura la maîtresse du comte d’Artois, futur Charles X, jusqu’à sa mort. Ce grand amateur de femmes particulièrement frivole, sut reconnaître en Louise des qualités de cœur qui inspirèrent à ses contemporains éloges et compliments poétiques.   La jeunesse dorée du XVIIIème siècle    Louise d’Esparbès de Lussan, née le 19 octobre 1764, ne connaîtra jamais sa mère, morte six semaines après lui avoir donné le jour. Elle noue en revanche des liens très forts avec son grand-père maternel.    Issue d’une noble et très ancienne famille…

  • Dames de coeur,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Éléonore de Liechtenstein : amour impossible de Joseph II

      Lori et Poldi    Éléonore, issue de la noble famille bavaroise des ducs d’Oettingen, naît en 1745. Lori, comme on la surnomme, passe toute sa jeunesse en compagnie de sa sœur aînée de quatre ans, Léopoldine, dite Poldi. Main dans la main, elles arpentent les forêts d’Allemagne du Sud, qui environnent la propriété familiale. Elles rêvent, s’imprègnent de romantisme en dévorant ensemble les auteurs de la nouvelle littérature anglaise sentimentale. Elles sont inséparables. Cette enfance solitaire vécue en fusion totale avec sa sœur chérie est subitement interrompue lorsque, à l’âge de 15 ans, Éléonore devient l’un des plus beaux partis de l’Empire. Elle hérite en effet de sa tante…

  • Crimes et maladies,  Dames de coeur,  Echec à la Reine,  Mensonges, complots et mascarades,  Renaissance

    Bianca Cappello, ambitieuse Vénitienne à la Cour des Médicis

       Le 5 juin 1578, François Ier de Médicis, grand-duc de Toscane, épouse son amour de jeunesse, l’audacieuse Bianca Cappello. Un dur coup porté au nom prestigieux des Médicis. Bianca n’est pas aimée. Comment aurait-il pu en être autrement ? Cette parvenue était la grande rivale de Jeanne d’Autriche, première épouse de François et mère de la future Reine de France Marie de Médicis…    Dix ans plus tard, François et Bianca décèdent à un jour d’intervalle. Des morts suspectes. Des études réalisées en 2007 sur le corps du grand-duc (celui de Bianca n’a pas été retrouvé) ont conclu à un empoisonnement à l’arsenic. Voici l’histoire d’un triangle amoureux, combat de femmes, lutte inégale qui se transforma…

  • Dames de coeur,  Fêtes, arts et création,  Les allées du pouvoir,  Second Empire

    Blanche de Païva, Lionne de Paris

         L’Hôtel de La Païva est l’un des plus beaux hôtels particuliers de Paris. Propriété d’un club anglais très select depuis 1903, le « Traveler ‘s Club », il n’est ouvert au public que sur visites guidées. Visite qui a été pour moi l’occasion d’en apprendre plus sur la mystérieuse Païva, l’une des demi-mondaines les plus détestées mais aussi admirées du Second Empire. Une femme d’exception.    3 prénoms, 3 mariages, et de multiples amants… Ce sont les étapes de l’ascension sociale spectaculaire d’une femme qui a côtoyé les bas-fonds de la prostitution avant de tenir le salon le plus couru de Paris : Blanche, alias Thérèse, alias Esther.   De…

  • Dames de coeur,  Princes au quotidien,  Renaissance,  XVII et XVIIIème siècles

    Corisande, maîtresse et confidente d’Henri IV

         Ah, les fameuses conquêtes d’Henri IV ! Paysannes ou filles d’aubergistes, bourgeoises ou nobles, passades ou maîtresses officielles… Elles sont légions. Corisande occupe, dans cette liste, une place à part. Refusant toujours le statut de favorite, elle fut l’unique maîtresse de Henri à l’aimer uniquement pour lui-même.    C’est la première grande histoire d’amour de celui qui n’est encore que Roi de Navarre. La seule qui fut réciproque, dans sa quête éperdue d’affection. De leurs amours subsiste le plus beau des témoignages : une correspondance régulière d’une incroyable qualité.   Riche héritière    Née au château d’Hagetmau en 1555, Diane d’Andoins, de son vrai nom, est issue d’une illustre et…

  • Crimes et maladies,  Croyances et moeurs,  Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeanne de Pompadour : maîtresse frigide et femme fragile

       Louis XV, l’un de nos plus beaux Rois Bourbons, est un souverain très facilement rongé par l’ennui. Le fond de sa personnalité est la tristesse, à cause de son caractère dépressif lié à une enfance malheureuse.    En devenant la maîtresse du Roi au cours de l’année 1745, Jeanne-Antoinette Poisson, dite Madame d’Étiolles et bientôt faite marquise de Pompadour, est-elle vraiment consciente des difficultés de sa position ?   Probablement. Belle, éduquée, cultivée, elle est aussi prodigieusement intelligente. Et ambitieuse. Mais pour une femme d’une telle condition physique, la tâche est quasi surhumaine.   « La vie que je mène est terrible »    Au sein d’une Cour qui la dénigre, la surnomme avec…

  • Dames de coeur,  XVII et XVIIIème siècles

    Le Parc aux Cerfs : lieu de débauche pour Louis XV ?

               En 1750, à quarante ans passés, Louis XV n’a plus de relations intimes avec Mme de Pompadour. D’amante, elle est devenue l’amie indispensable du Roi, qui lui conserve la première place. Mais Louis XV a pris goût aux femmes et aux plaisirs qu’elles procurent… La favorite en titre sait qu’il lui faut de jeunes beautés suffisamment obscures pour ne pas la supplanter à la Cour, mais assez sensuelles pour satisfaire les sens exigeants du Roi.    Elle se fait alors intendante des plaisirs, cautionnant la mise en place d’une organisation sans pareille dans l’Histoire. C’est le Parc aux Cerfs, symbole à l’époque et encore aujourd’hui d’une…

  • La Castiglione, ses photos : fascination et modernisme
    Dames de coeur,  Fêtes, arts et création,  Second Empire

    La Castiglione, ses photos : fascination et modernisme

         La comtesse de Castiglione est célèbre pour avoir été la maîtresse de Napoléon III, et pour ses tenues audacieuses arborées lors de bals aux Tuileries. Mais l’œuvre véritable de la Castiglione, ce sont ses photographies.    Si sa liaison avec l’Empereur dura un peu plus d’un an (entre 1856 et 1857), si ses apparitions en costumes fantaisistes lui accordèrent une gloire de quelques heures, ses photographies, elles, sont encore là, immortelles. Elles se détachent nettement des photographies traditionnelles et, encore aujourd’hui, fascinent par leur modernisme et leur côté provocateur. Premiers essais    Lorsqu’elle arrive à Paris en 1856, Virginia prend  le chemin de l’atelier de Pierson. Les années 1850 marquent…

  • Dames de coeur,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    L’escadron volant de Catherine de Médicis

         Catherine de Médicis règne avec son époux Henri II depuis 1547. Elle est Reine, mais la véritable Reine de la Cour, celle qui donne le ton, c’est la toute puissante Diane de Poitiers. Après la mort d’Henri II en 1559 et le retrait de la favorite en titre, Catherine gouverne l’Etat pour de bon, conseillère de ses fils. Elle donne libre cours à ses goûts en les mettant au service de sa conception du pouvoir.    Le trop fameux « escadron volant » de la Reine mère, ces belles jeunes femmes qui l’entourent et forment sa Cour, a donné lieu à des élucubrations plus fantaisistes les unes que les autres……

  • Dames de coeur,  Mensonges, complots et mascarades,  Premier Empire,  Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Désirée Clary, premier amour de Napoléon Bonaparte

             Bien des années avant de coiffer la couronne de Suède et de Norvège, Désirée Clary fut près de devenir la femme de Napoléon Bonaparte et de se faire couronner Impératrice des Français à la place de Joséphine de Beauharnais. Qui est-elle ? Comment se lia-t-elle avec les Bonaparte jusqu’à se fiancer avec Napoléon et pourquoi, finalement, ne l’épousa-t-elle pas ?   Amitiés    Eugénie-Désirée Clary, née à Marseille le 8 novembre 1777, est la dernière enfant d’une grande fratrie. Son père, François Clary, est issu d’une famille de négociants renommés dans toute la Provence et le Levant. Les Clary sont très réputés pour leurs tissus, principalement des soieries. Ce…