• Hommes et femmes illustres,  Restauration,  Second Empire

    Sophie de Habsbourg, l’Impératrice de l’ombre – Jean-Paul Bled

    Procurez-vous Sophie de Habsbourg de Jean-Paul Bled !    Cette toute première biographie en français de Sophie de Habsbourg révèle une personnalité hors du commun, au centre de toutes les grandes décisions politiques des années 1830 aux années 1860. Assurément, cette femme mérite mieux que de demeurer pour l’éternité « la méchante belle-mère de Sissi » !   Le pilier de la famille    Éduquée dans la perspective de monter un jour sur un trône, Sophie de Bavière prend très tôt conscience de ses responsabilités lorsqu’elle épouse l’archiduc François-Charles de Habsbourg en 1824.    Belle jeune femme très courtisée (si belle qu’elle est jugée digne de figurer dans la Galerie des Beautés du…

  • Conte de fée..?,  Echec à la Reine,  Moyen-Age

    Le cauchemar d’Ingeburge, épouse bafouée de Philippe-Auguste

       Jusqu’à la fin du XIIème siècle, le statut d’épouse royale reste fragile. En France, de Charles le Chauve (823 – 877) à Philippe-Auguste (1165 – 1223), 17 Rois épousent 30 femmes. 10 sont répudiées. Une sur trois, c’est énorme ! Si parfois ces « divorces » relèvent d’une nécessité dynastique, ils sont bien plus souvent décidés selon le « bon plaisir du Roi ». Aucune affaire de répudiation ne causera un si grand scandale que celle d’Ingeburge de Danemark par le Roi de France Philippe-Auguste.    Il ne s’agit pas de contester que Philippe-Auguste fût ce grand Roi conquérant qui parvint à préserver la puissance étatique de la France et à faire de son…

  • Dames de coeur,  XVII et XVIIIème siècles

    Louise de Polastron, Ange rédempteur du comte d’Artois

       « C’était la tendresse vivante » nous affirme Lamartine. Personnalité touchante et discrète, coquette mais point ambitieuse, celle que Marie-Antoinette surnommait « la bonne Louise » demeura la maîtresse du comte d’Artois, futur Charles X, jusqu’à sa mort. Ce grand amateur de femmes particulièrement frivole, sut reconnaître en Louise des qualités de cœur qui inspirèrent à ses contemporains éloges et compliments poétiques.   La jeunesse dorée du XVIIIème siècle    Louise d’Esparbès de Lussan, née le 19 octobre 1764, ne connaîtra jamais sa mère, morte six semaines après lui avoir donné le jour. Elle noue en revanche des liens très forts avec son grand-père maternel.    Issue d’une noble et très ancienne famille…

  • Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Louise, Reine-enfant de Philippe V d’Espagne

    Philippe V de Bourbon, Roi d’Espagne     Le 1er novembre 1700, le maladif Charles II de Habsbourg, Roi d’Espagne, meurt sans héritier : dans son testament il désigne comme successeur le second petit-fils de Louis XIV, Philippe, duc d’Anjou. Léopold Ier de Habsbourg, Empereur du Saint-Empire romain germanique, qui voyait déjà la couronne échoir à son fils l’archiduc Charles, ne se remet pas de cette fracassante nouvelle !    Renonçant au trône de France, le duc d’Anjou devient Philippe V d’Espagne. Déraciné de Versailles, séparé de ses frères qu’il n’a jamais quittés depuis sa naissance, il s’installe à Madrid le 19 février 1701.    Le nouveau monarque gagne presque immédiatement le cœur…

  • Antiquité,  Les allées du pouvoir

    Théodora, auguste impératrice de Constantinople

       Le destin de Théodora, fille du cirque méprisée qui réussit à s’élever jusqu’au pouvoir suprême et à régner conjointement avec l’Empereur Justinien pendant deux décennies, est véritablement exceptionnel…   Actrice et courtisane    Théodora naît aux alentours de l’an 490, dans le « chaudron bouillonnant » qu’est alors Constantinople, véritable brassage d’ethnies, arabes, géorgiens, orientaux… Deux partis s’opposent : les Verts, issus des classes populaires et multi-ethniques, et les Bleus, partisans de l’Empereur et orthodoxes. Ils s’affrontent sur le plan sportif, puis sur le plan social et politique.    Théodora est témoin de leurs rixes lors de tournois sportifs puisqu’elle est la fille d’un dresseur d’ours à l’hippodrome. Elle fait donc partie de…

  • Hommes et femmes illustres,  Restauration

    Clémentine d’Orléans, la Médicis des Cobourg – Oliver Defrance

       Louis-Philippe Ier (1773 – 1850) et son épouse Marie-Amélie de Bourbon-Sicile (1782 – 1866), derniers souverains des Français issus de la branche bourbonienne, ont surpris leur peuple par l’exceptionnelle bonne entente qui régnait dans leur couple. Une symbiose qui s’étendait à tous les membres de la famille royale : parents et enfants furent attachés les uns aux autres par un indestructible amour filial. Le couple, leurs 5 fils et leurs 3 filles qui atteignirent l’âge adulte, composèrent l’une des familles royales les plus soudées que la France ait jamais connue (je recommande l’ouvrage : Louis-Philippe et sa famille, de Anne Martin-Fugier).    Mais que savons-nous réellement des enfants de Louis-Philippe et de…

  • Les allées du pouvoir,  Mensonges, complots et mascarades,  Moyen-Age

    Isabelle d’Angoulême, épouse de Jean Sans Terre

          Mariée à l’un des souverains les plus calamiteux de l’Histoire de l’Angleterre, Isabelle d’Angoulême fait partie de ces femmes de tête du Moyen-Âge, dont la vie digne d’un roman mérite d’être contée !   Le « kidnapping » d’Isabelle par Jean Sans Terre    Celui qui passera à la postérité sous le nom de Jean Sans Terre n’était pas du tout destiné à régner. Il est le dernier fils du Roi d’Angleterre Henri II et de son épouse Aliénor d’Aquitaine. Après la mort de ses trois frères aînés, et le règne de 10 ans de Richard Cœur de Lion, la couronne enfin lui revient…     Depuis ses plus jeunes années,…

  • Dames de coeur,  Fêtes, arts et création,  Les allées du pouvoir,  Second Empire

    Blanche de Païva, Lionne de Paris

       L’Hôtel de La Païva est l’un des plus beaux hôtels particuliers de Paris. Propriété d’un club anglais très select depuis 1903, le « Traveler ‘s Club », il n’est ouvert au public que sur visites guidées. Visite qui a été pour moi l’occasion d’en apprendre plus sur la mystérieuse Païva, l’une des demi-mondaines les plus détestées mais aussi admirées du Second Empire. Une femme d’exception.    3 prénoms, 3 mariages, et de multiples amants… Ce sont les étapes de l’ascension sociale spectaculaire d’une femme qui a côtoyé les bas-fonds de la prostitution avant de tenir le salon le plus couru de Paris : Blanche, alias Thérèse, alias Esther.   De Moscou…

  • Fêtes, arts et création,  Fin XIXème et XXème siècle

    Anna Held : gloire et désillusions d’une étoile de Broadway

       Dans la première partie de cet article, vous découvriez Anna Held à ses débuts, depuis sa fuite de Pologne aux vaudevilles de Paris en passant par les théâtres yiddish de Londres. Lorsqu’elle rencontre Florenz Ziegfeld, elle abandonne son premier mari et sa fille Liane pour le suivre en Amérique. Producteur de génie et précurseur de ce que l’on appellera plus tard la “communication”, il parvient à exploiter au mieux les talents et spécificités d’Anna.    Les yeux impertinents (véritable marque de fabrique), la taille de guêpe et la “french touch” très sensuelle de la belle font des ravages sur les scènes de Broadway. Amoureux, mariés aux yeux de la…

  • Fêtes, arts et création,  Fin XIXème et XXème siècle

    Anna Held : humour et audace, l’ascension d’un phénomène

       Dans un précédant article, je vous parlais de la talentueuse et éclatante Cécile Sorel. Voici à présent la piquante et mutine Anna Held. Incarnation de la française glamour et coquine, Anna va réussir à s’imposer dans le monde complexe du théâtre grâce à son image de parisienne savamment cultivée. Elle va prendre le chemin de l’Amérique… où l’attend son destin.   Trouver sa voie    Anna Held prétend être née à Paris en 1873. En fait, elle naît vers 1869 à Warsaw, en Pologne. Elle affirmera toujours être née à Paris, ce qui, d’une certaine façon, est la vérité : c’est dans la capitale française qu’elle a commencé à devenir…

  • Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Madeleine, sœur de la Montespan et Perle des Abbesses

       L’histoire de Marie-Madeleine-Gabrielle de Rochechouart de Mortemart a été éclipsée par celle, plus scandaleusement trépidante, de sa sœur Madame de Montespan.    Pourtant, celle que l’on surnommait la Perle ou la Reine des Abbesses fut la « gloire de son sexe et l’ornement de son siècle ». Une femme de caractère, religieuse, savante, lettrée et grande épistolière.   Abbesse de Fontevraud à vingt-cinq ans    Marie-Madeleine est la fille de Gabriel de Rochechouart, duc de Mortemart, et de Diane, marquise de Grandseigne. Elle naît en 1645, dans le pavillon des Tuileries qu’occupe alors son père : il a été gentilhomme du Roi Louis XIII. Jusqu’à l’âge de onze ans, elle est élevée…

  • Dames de coeur,  Princes au quotidien,  Renaissance,  XVII et XVIIIème siècles

    Corisande, maîtresse et confidente d’Henri IV

       Ah, les fameuses conquêtes d’Henri IV ! Paysannes ou filles d’aubergistes, bourgeoises ou nobles, passades ou maîtresses officielles… Elles sont légions. Corisande occupe, dans cette liste, une place à part. Refusant toujours le statut de favorite, elle fut l’unique maîtresse de Henri à l’aimer uniquement pour lui-même.    C’est la première grande histoire d’amour de celui qui n’est encore que Roi de Navarre. La seule qui fut réciproque, dans sa quête éperdue d’affection. De leurs amours subsiste le plus beau des témoignages : une correspondance régulière d’une incroyable qualité.   Riche héritière    Née au château d’Hagetmau en 1555, Diane d’Andoins, de son vrai nom, est issue d’une illustre et riche…