• Crimes et maladies,  Fêtes, arts et création,  Moyen-Age

    Le Bal des ardents, où Charles VI manqua de brûler vif

         5 août 1392, forêt du Mans. Le roi Charles VI est victime d’un accès de folie : il dégaine son épée et tue quatre gentilshommes de sa suite. On est obligé de s’y prendre à plusieurs pour le maîtriser et le ramener dans la chambre qu’il occupe à Creil, au nord de Paris. Dans les semaines qui suivent, le monarque alterne entre abattement profond et crises de fureur. Il lui arrive de briser des objets par terre, et il tente même de se jeter par la fenêtre de sa chambre.    Peu à peu, à force de repos, le roi guérit. Il est tout à fait rétabli après quatre…

  • Fêtes, arts et création,  Les allées du pouvoir,  Renaissance

    Le Camp du Drap d’Or : royal jeu de dupes ?

          Durant toute la première moitié du XVIème siècle, trois grands souverains charismatiques dominent l’Europe : Henry VIII, flamboyant et tyrannique Roi Angleterre, François Ier, fringant et ambitieux Roi de France, et Charles Quint, impénétrable et scrupuleux Roi d’Espagne et Empereur du Saint-Empire romain germanique. Puissants monarques qui s’allient, se trahissent, bref, se livrent une guerre sans merci au gré de leurs intérêts.   Pour contrer Charles, François se rapproche d’Henry    Les relations entre François Ier et Charles Quint n’ont jamais été au beau fixe. Et depuis que Charles a raflé la couronne de l’Empire, en juin 1519, que François convoitait et pour laquelle il était candidat, la guerre…

  • Fêtes, arts et création,  Renaissance,  XVII et XVIIIème siècles

    La mode excentrique des fraises : évolutions

       Après un article sur la mode des perruques, et un autre sur la mode des mouches, je me penche à présent sur les fraises…    À la Cour de France, la seconde moitié du XVIème siècle consacre un nouveau type de col qui, objet de multiples variations, va faire fureur jusqu’au début du XVIIème siècle : la fraise. Adoptée dans la plupart des pays d’Europe, elle est l’ancêtre de tous les collets, jabots, cravates et cols qui foisonneront au cours des siècles suivants.   1550 : le décolleté est dissimulé    Jusqu’à la fin du règne de François Ier (1515 – 1547) et même au tout début du règne d’Henri II (1547 –…

  • Croyances et moeurs,  Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  Renaissance

    Mary Tudor, étoile filante sur le trône de France

       A la mort de son épouse Anne de Bretagne en janvier 1514, Louis XII n’a que deux filles : Claude et Renée. Claude est fiancée à François d’Angoulême, héritier du trône de France. Le Roi se résout à célébrer les noces du couple : François épouse Claude, et avec elle la France, en mai 1514.    Louis XII, qui se résigne mal à la perspective « de voir la couronne échoir à son gendre », n’a pas dit son dernier mot. Il veut un héritier de son sang : afin de sceller la paix avec le royaume d’Angleterre, une clause prévoit le mariage de Louis XII avec la sœur cadette d’Henri VIII, la…

  • Les animaux exotiques des Rois : de Charlemagne à Louis XIII
    Croyances et moeurs,  Moyen-Age,  Princes au quotidien,  Renaissance,  XVII et XVIIIème siècles

    Les animaux exotiques des Rois : de Charlemagne à Louis XIII

           Cadeaux diplomatiques, caprices personnels, souvenirs de voyages ou encore spécimens rapportés par des naturalistes en expédition… les animaux exotiques fascinent les souverains d’Europe.    Qu’il s’agisse de montrer sa puissance, d’étaler la fortune de son pays, de divertir et étonner sa Cour, ou encore de faire progresser la science, posséder un animal rare constitue toujours une marque de noblesse et de grandeur. Les monarques français s’adonnent eux aussi, et avec passion, à cette mode séculaire.   Un éléphant, un ours et un lion pour Charlemagne     Durant le très haut Moyen-Age, il est peu fait mention d’animaux exotiques. On sait que Clotaire II (534 – 628) possède…

  • Les allées du pouvoir,  Princes au quotidien,  Renaissance

    Les mignons d’Henri III, bras armés du Roi

         Des fameux « mignons d’Henri III » subsiste l’image de beaux éphèbes enrubannés, froufroutants et parfumés. Des grands coquets délicats qui, dans le sillage du Roi leur maître, s’adonnent à la débauche et aux plaisirs.    Pourtant, sous leurs dehors élégants, les mignons sont de véritables spadassins, parfois fins politiques, d’une fidélité indéfectible. Quant à Henri III, de tous nos Rois, il est celui dont la réputation d’homosexualité est la moins justifiée, et fait partie de ceux dont la personnalité est la plus complexe.   Raffinement VS. Homosexualité    Henri est un homme qui porte une grande attention à sa tenue. Il prise l’élégance, une certaine forme de raffinement. Et…

  • Fêtes, arts et création,  Renaissance

    Benvenuto Cellini, artiste à la Cour de François Ier

           Le Florentin Benvenuto Cellini (1500 – 1571) est loin d’être le seul artiste italien à séjourner en France au XVIème siècle. La Renaissance italienne rayonne, de nombreux peintres, sculpteurs et orfèvres arrivent dans le royaume. Et de fameux, tels que le Primatice, Vinci ou Rosso ! Il vont tenter leur chance dans un des pays les plus riches de la chrétienté, chez un monarque qui cherche toujours à augmenter son prestige.    Mais Cellini est un cas à part. Par son caractère bien trempé, sa rivalité affichée avec la favorite, la duchesse d’Etampes, et sa carrière malheureuse dans le royaume de François Ier, il est l’archétype même de…