Sébastien Bagot, guide-conférencier au château de Breteuil

Classé dans : Actualités et interviews | 3

   Passionnée de têtes couronnées et de culture française, je suis évidemment sensible à l’histoire très riche que racontent les grands palais royaux et princiers tels que Versailles, Fontainebleau ou Chantilly. Mais l’Île de France recèle d’autres trésors moins connus du grand public, et pourtant tout aussi fascinants…

   Situé au cœur de la vallée de Chevreuse, voisin du château de Dampierre et de l’Abbaye des Vaux de Cernay, le château de Breteuil, demeure familiale depuis sa création sous Henri IV, est aujourd’hui l’un des châteaux privés les plus visités avec près de 130 000 visiteurs par an. Deuxième château le plus fréquenté après Versailles dans les Yvelines, cette propriété typique du début du XVIIème siècle français est aujourd’hui le théâtre des contes de Perrault à travers les personnages de cire qui habillent les lieux, en hommage à la collaboration sous Louis XIV entre Louis de Breteuil et l’auteur du Chat Botté.

   À l’occasion d’une visite du château et de son parc, classé remarquable, en compagnie de Sébastien Bagot, guide-conférencier, j’ai recueilli ses impressions. Découvrez autrement l’histoire du château et entrez dans les coulisses des visites !

Sébastien Bagot au château de Breteuil
Sébastien Bagot au château de Breteuil

 

  • Tout d’abord, je propose que tu m’en dises plus sur ton amour des châteaux. Pourquoi un tel attrait ? C’est une passion développée et entretenue durant ton enfance ?

Oui, on peut dire que c’est un amour d’enfance. Ma mère travaillait à la direction du château de Coubertin, également situé dans la vallée de Chevreuse. J’ai passé beaucoup de temps étant enfant dans ce domaine qui valorise l’apprentissage de l’artisanat français. Je me souviens également de mes soirées au château de Bandeville, magnifique château Louis XIII construit autour de 1620, qui fait écho à l’architecture brique et pierre de Breteuil. J’ai donc grandi dans cet univers.

Pour moi, le château est un symbole culturel, social et politique. C’est surtout un témoignage d’ensemble de notre passé. Il rappelle évidemment la grandeur de la France à travers le savoir-faire des différents corps de métiers utiles à la réalisation de tels édifices. C’est aussi le témoignage de différentes époques et le reflet des besoins auxquels ils répondaient : défensif, administratif puis de plaisance. Cette richesse culturelle et historique permet de mieux comprendre aujourd’hui ce que l’on est. Le château reste un instrument sans équivalence pour voyager dans le temps, visualiser l’évolution des siècles et comprendre l’art de vivre français. Il offre la meilleure lecture de notre passé et donc de notre présent.

 

  • J’aimerais en savoir davantage sur ta rencontre avec le château. En tant qu’amoureux des vieilles pierres, était-ce un coup de foudre immédiat pour le lieu, ou un intérêt développé petit à petit ?  

Quand j’étais petit, comme de nombreux enfants d’île de France, je m’y suis rendu car c’était le lieu des contes de Perrault, un château dédié aux familles. C’est donc sous ce côté un peu féérique que je l’ai découvert. Comme le château est situé dans cette fameuse vallée de Chevreuse où j’ai grandi, j’ai pu y retourner par la suite, avec un regard neuf. J’ai véritablement apprécié la beauté du site, des jardins, du mobilier, de l’histoire incroyable de cette famille de Breteuil. Au delà des contes, j’ai compris la grande richesse du lieu.

 

  • Justement, quelle est cette richesse ? Qu’est ce qui t’a plu dans l’histoire de la famille de Breteuil ?

Au delà de l’ancienneté de cette famille aristocrate, ce que j’admire chez les Breteuil, c’est qu’ils ont toujours eu l’élégance de leur fonction. Servir l’état, ils l’ont toujours fait, ils ont toujours été dans les coulisses du pouvoir, ou au gouvernement. Ils ont aussi œuvré pour les arts : certains précieux tableaux représentant la famille sont du célèbre Hyacinthe Rigaud, certaines pièces de mobilier font partie de commandes qui datent du XVIIIème siècle… Ils ont également participé à l’évolution des sciences, à travers la figure de Mme du Châtelet, et ont été des acteurs diplomatiques majeurs en Europe : le traité de Teschen ou l’Entente Cordiale en sont deux exemples. Breteuil, c’est 400 ans d’une famille dévouée à la France et qui s’investit encore aujourd’hui beaucoup dans la sauvegarde du patrimoine français. Dix générations de marquis se sont succédées, dix générations qui ont toujours su répondre à leur devoir d’aristocrate.

 

  • Il est vrai que l’on ressent, à Breteuil, la volonté de transmettre cette histoire très riche, comme si chaque pièce du château possédait une âme…

Ce qui distingue par-dessus tout Breteuil aujourd’hui, c’est que le château n’est pas simplement la jouissance d’une famille. Il y a une vraie démarche d’ouverture pour valoriser le lieu et l’histoire des Breteuil. C’est toute une philosophie. L’actuel marquis, Henri-François, se présente aux visiteurs, leur dit bonjour et fait une introduction avant de les laisser poursuivre leur parcours, cela ne traduit pas autre chose que cette volonté d’en faire un lieu de vie et de partage. Le château est comme un miroir de la personnalité de son propriétaire, qui en a fait un endroit attachant et ouvert à tous. C’est émouvant de voir que certains jeunes visiteurs, venus à l’âge de 8 ans visiter le château, sont revenus s’y marier plus tard, c’est aussi ça, la magie que la famille donne à ce domaine !

 

Vue du château et du miroir d'eau (crédit : Michel André)
Vue du château et du miroir d’eau (crédit : Michel André)

 

  • L’ambiance chaleureuse que j’ai ressentie au château m’a fait l’effet d’une petite vie de famille. Dirais-tu que tu entretiens aujourd’hui des liens privilégiés avec les Breteuil ?

Il y a bien entendu une proximité qui est présente, nous ne sommes pas dans une entreprise où les bureaux cloisonnent totalement la vie privée. Le cœur de notre métier est de comprendre justement leur histoire familiale… Le lieu est habité et dans la mesure où ce domaine n’est pas qu’un musée, nous sommes amenés à participer quelques fois à des moments de leur vie. Tous ceux qui y travaillent sont forcément attachés à cette famille.

 

  • Diplômé de droit, travaillant dans l’immobilier des biens anciens, tu as un profil assez singulier. Est-ce ce qui a plu à la famille Breteuil ?

L’avantage à Breteuil, c’est la grande liberté dont nous disposons. Celle que nous permet le lieu en lui-même et l’histoire qu’il raconte. Les quatre derniers siècles que la France a connus est une histoire scientifique, politique, artistique, architecturale, et même intime avec quelques anecdotes légères… Ce que le marquis de Breteuil recherche, ce sont des profils de personne qui sauront s’approprier le lieu. Certains de mes collègues apprécient plus l’histoire de l’art, d’autres l’histoire des techniques ou les intrigues amoureuses… Par mon parcours, celui du droit, par mon intérêt pour tout ce qui touche à l’histoire politique et économique, j’avais aussi ma carte à jouer. Certes il y a le lieu, mais il y a aussi la façon dont on s’approprie le lieu.

 

  • Qu’est ce qui te plait le plus dans ce métier ? Qu’est ce que cela t’apporte ?

Grâce à ce travail je me sens utile à plusieurs égards. Tout d’abord, avec mes collègues, je participe à sensibiliser et à promouvoir l’histoire et le patrimoine. Les visiteurs apprécient de se replonger dans une histoire qui est aussi la leur. La famille est propriétaire mais se considère aussi comme dépositaire. Henri-François de Breteuil a d’ailleurs écrit un livre Un château pour tous, où il explique que si ce lieu est ouvert tous les jours, c’est aussi parce que ce château incarne notre histoire collective et qu’à ce titre il est important que Breteuil soit accessible toute l’année. Tous les Français sont concernés et j’aime emmener les visiteurs dans une histoire qui les implique.

Ensuite, par rapport au lieu en lui même : ce très bel endroit est le résultat d’un travail de centaines de personnes qui ont construit, embelli et entretenu le château. Ce travail doit être respecté et valorisé. Faire vivre Breteuil, c’est aujourd’hui faire un maximum pour qu’il reste un lieu prestigieux comme il l’a toujours été.

Outre la partie touristique, le château comme l’orangerie sont aujourd’hui comme hier des lieux de fêtes, nous accueillons chaque année de nombreux mariages, anniversaires, réceptions etc. Ces événements privés rythment eux aussi la vie du château. Notre travail consiste aussi à participer à la promotion de ce domaine et à accompagner, les futurs mariés par exemple, à se projeter dans ces lieux, les conseillers dans l’organisation de leur événement et les aider afin que leurs fêtes s’inscrivent dans la lignée des grandes réceptions que Breteuil a connues !

Travailler dans ce domaine c’est donc la satisfaction de jouir régulièrement d’un lieu d’exception, d’être entouré par une famille bienveillante et de collègues passionnants et passionnés, c’est aussi et surtout voir le sourire des enfants émerveillés de découvrir le château des contes de Perrault, de leurs parents contents de revivre 400 ans d’Histoire de France et enfin celui de mariés heureux de passer le plus beau jour de leur vie dans un lieu de prestige. S’il y a un mot d’ordre à Breteuil c’est la joie, et c’est ça qui est par-dessus tout plaisant.

 

   Je vous invite vivement, chers lecteurs, à prendre le temps de visiter en personne ce petit bijou. Seul, entre amis ou en famille, vous êtes certain de passer un bon moment. Et peut-être, vous aussi, en compagnie de Sébastien Bagot !

   En attendant, venez admirer ma galerie photo du château de Breteuil !

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, et soutenir le blog sur Tipeee !

image-fin-articles

3 Réponses

  1. Très interessant, ça me donne envie d’y aller si je passe dans le coin j’y penserais

  2. Merci, pour cette article, un château en plus dans ma liste de visite. Elle commence à être très longue et intéressante.
    Justement, je m’intéresse au métier de guide conférencier, je suis une grande passionnée de châteaux, de vieilles dorures ou de tableaux. Pourriez-vous me donner des conseils pour réussir?

    • Plume d'histoire

      Il faut le diplôme et la carte de guide-conférencier national pour les sites publics et pour certains sites privés, ensuite c’est à vous de jouer 🙂

Laissez un commentaire !