• Le feu d'artifice de la Place Royale
    Conte de fée..?,  Fêtes, arts et création,  XVII et XVIIIème siècles

    Feu d’artifice mortel : l’union maudite de Louis XVI et Marie-Antoinette ?

         Le 16 mai 1770, Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine épouse le dauphin Louis-Auguste de Bourbon à Versailles, résidence royale officielle depuis Louis XIV.    Certes très (trop) jeunes et de caractères diamétralement opposés, ils portent pourtant l’espoir de la dynastie, et du peuple tout entier.   Des festivités à Versailles… et à Paris    Les festivités organisées à Versailles sont un véritable enchantement. Pièces de théâtre, opéras, menuets, bals masqués, banquets et feux d’artifice ponctuent les journées qui suivent l’arrivée de la dauphine. Une soirée marque particulièrement le duc de Croÿ, témoin privilégié de cette époque : l’illumination du Grand Canal. Des lampions dessinent le parterre et ornent les grands ifs…

  • Progéniture et fratrie : casse-tête chinois

    Accouchement public, bête noire de Marie-Antoinette

         Après 7 années d’un mariage très chaste (trop chaste), Marie-Antoinette est fière d’apprendre à sa mère, dans une lettre datée du 30 août 1777 : Je suis dans le bonheur le plus essentiel de toute ma vie. Il y a déjà plus de huit jours que mon mariage est parfaitement consommé (…) Je ne crois pas être grosse encore, mais au moins j’ai l’espérance de l’être d’un moment à l’autre.    Elle va vite déchanter. Evénement profondément politique, la naissance d’un enfant royal suscite de vives émotions dans toutes les Cours européennes. La coutume royale de la délivrance en public, nécessaire afin de prouver la légitimité de l’enfant, est un…

  • Fêtes, arts et création,  Premier Empire,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Jeux d’hiver à la Cour : dangers des lacs gelés !

         Moyens de locomotion connus depuis bien longtemps des peuples d’Europe centrale et du Nord, patins à glace et traîneaux font fureur à la Cour de France au XVIIIème siècle. En une saison peu propice aux promenades et flâneries en tout genre, où même les lourds carrosses royaux sont impraticables sur les routes enneigées, ces nouvelles sources d’amusement ravissent les princes et leurs courtisans !    La Cour découvre les joies du patinage et des courses de traîneaux sous Louis XIII. Mais c’est véritablement à la fin du règne de son fils Louis XIV que ces jeux d’hiver folkloriques connaissent une vogue sans précédent.   Nouveau château, nouvelles lubies  …

  • Biographies,  Coup de coeur,  Reines et Impératrices

    Juger la Reine – Emmanuel de Waresquiel

       Coup de ♥   Procurez vous Juger la Reine, d’Emmanuel de Waresquiel !    Le procès de Marie-Antoinette, qui se déroule les 14 et 15 octobre 1793, est un moment charnière dans l’histoire de France. Il représente le point d’orgue de la Révolution dans son opposition à la Monarchie. Cependant, Emmanuel de Waresquiel démontre que loin d’être l’apogée de cette période, il en est au contraire le chant du cygne. Victime, témoins, juges ou jurés, tous finissent broyés par l’engrenage infernal de cette machine impitoyable.     L’héroïne    À ces révolutionnaires qui considèrent le meurtre de la Reine comme l’accomplissement de leur devoir de citoyen, l’histoire opposera une fin…

  • Fêtes, arts et création,  Second Empire

    L’Impératrice Eugénie et les arts : inspiration Marie-Antoinette

         En janvier 1853, Eugénie de Guzman, Mlle de Montijo, devient Impératrice des Français aux côtés de Napoléon III. Croulant sous les nouvelles responsabilités officielles, Eugénie doit s’imposer. Elle va réussir dans le domaine des arts décoratifs en donnant à son règne « un style et une impulsion mémorables », aménageant les résidences impériales avec un goût très sûr.   Redécouverte du XVIIIème siècle : une souveraine en phase avec son époque    Ce goût très sûr de l’Impératrice se manifeste, en matière de décoration, par un très fort attrait pour le XVIIIème siècle. En cela, Eugénie est en phase avec son époque. En effet, certains contemporains de Marie-Antoinette et Louis XVI…

  • Mensonges, complots et mascarades,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette contre la Du Barry

         Marie-Antoinette d’Autriche et Jeanne Du Barry. Deux femmes qu’un monde sépare. Victimes de la Cour, univers impitoyable, elles vont être les protagonistes de l’une des plus ridicules confrontations de la fin du règne de Louis XV.    Sophia Coppola, dans son film « Marie-Antoinette », nous donne une version grossière et erronée de l’affaire, cette simple question d’Etiquette transformée en affaire d’Etat : représentant Jeanne comme une grisette vulgaire et sans manières, donnant le beau rôle à Marie-Antoinette, son interprétation est fort éloignée de la réalité…   La Cour, nid d’intrigues    Au cours de l’année 1768, Louis XV tombe sous le charme d’une demi-mondaine, prostituée de haut vol, Jeanne Bécu,…

  • apparition du chocolat à la cour de france
    Croyances et moeurs,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    L’apparition du chocolat à la Cour de France

         Découvertes chez les Aztèques et rapportées par Cortez à Charles Quint en 1524, les fèves de cacao restent sous le monopole de l’Empire des Habsbourg jusqu’au début du XVIIème siècle.    Progressivement, le chocolat se diffuse dans une Europe friande de nouveautés en provenance de ces colonies exotiques qui excitent l’imagination. Le chocolat devient, au milieu du XVIIème siècle, une mode fluctuante et controversée à la Cour de France, un produit de luxe. Personne, en tout cas, ne lui reste indifférent !   Du chocolat dans les bagages d’Anne d’Autriche    Chez les Habsbourg d’Espagne, le chocolat « à boire » comme on dit alors, est le breuvage par excellence.…

  • Echec à la Reine,  Mensonges, complots et mascarades,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette victime de pamphlets érotico-obscènes

      « Jamais le sexe ne s’est aussi bien vendu »    Sous le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, le peuple manifeste un véritable engouement pour les écrits à connotation pornographiques. Il n’y a là, en soi, rien de répréhensible. Le patriote recherche, dans sa quête effrénée de la liberté, à y associer du libertinage et de l’érotisme… Pourquoi pas ? Grand bien lui fasse !    Le Roi et la Reine sont malheureusement les cibles visées en priorité par les pamphlétaires de ce genre, qui s’en donnent à cœur joie, allant crescendo dans l’obscénité tout au long du règne.    Nombreux sont les Grands sous l’Ancien Régime à avoir subi des…

  • Fêtes, arts et création,  XVII et XVIIIème siècles

    La mode des poufs à la Cour de Marie-Antoinette

      Les poufs aux sentiments    Jeune, insouciante, désirant avant tout profiter de la vie, Marie-Antoinette, dès son arrivée à la Cour, se jette à corps perdu dans une folie de divertissements. La mode, qu’elle sait capable de sublimer sa beauté, accapare une grande partie de ses journées. La toilette était l’occupation principale de cette charmante évaporée.    Reine de France, oui, mais surtout Reine de la mode, empire sur lequel elle a tout pouvoir. Elle donne libre cours à ses fantaisies. Elle voulait jouir de cet empire fictif que la beauté donne aux femmes et qui en fait les reines d’un moment.    Rose Bertin, « démon tentateur » de la Reine, devient…

  • Au fil des siècles,  Chroniques,  L'histoire en portraits,  Princes au quotidien,  XVII et XVIIIème siècles

    Marie-Antoinette à la harpe, par Gauthier-Dagoty

      Contexte    Cette gouache sur papier de la Reine Marie-Antoinette a été réalisée au cours de l’année 1775, par le peintre Jean-Baptiste Gauthier-Dagoty. Elle est conservée au musée du château de Versailles et de Trianon.    Dès son arrivée en France, Dagoty, fils d’un graveur, a évolué à la Cour, côtoyant chaque jour ceux qui se prêtaient au jeu de son pinceau ou de son crayon. Ce fut d’abord Louis XV, puis le Dauphin, et rapidement la famille royale au complet. Il devint le protégé de Marie-Antoinette. « Son art était médiocre, mais la vérité de son pinceau, extrême » : ce n’est pas tant la ressemblance des visages qui est saisissante,…